Article de l'auteur Céline

Christian Pahud, le brillant dissolu

15 décembre 2017

Le temps, il lui court toujours après, mais il a réussi à en garder un peu pour venir nous raconter son parcours et sa vision de la culture dans Engrenage. Prof en arts visuels au secondaire et à l'Ecal, plasticien, musicien autodidacte et créateur boulimique, il a co-fondé Honey for Petzi, Larytta ou encore Bombers.

«J’ai un problème avec les «je sais pas». Même quand je sais pas, j’aime bien qu’on sache. J’aime pas les indécisions qui s’éternisent.»

Ensemble, on a discuté d'Honey for PETZI, notamment de leur album enregistré chez Steve Albini et de leur existence future, de son amour pour la batterie, de la scène musicale romande, de son retour de résidence en Afrique du Sud, et d'art contemporain.

«Pour réussir dans la musique, il faut y aller à fond. Nous on a quand même le goût d'un certain confort, et peut-être moins d'une certaine prise de risque.»

« Phantom » de Peter Lik :

Une image à 6 millions de dollars

peter-lik-phantom

Celui qui repousse les limites du béton

14 décembre 2017

Ce soir, demain et samedi à la Gravière à Genève, le performer suisse Yann Marrusich présente « Le Festin Du Béton » : une performance ultra dangereuse durant laquelle son corps se retrouvera prisonnier, coulé dans du béton. Pour tenter de s'en sortir, il va devoir casser cette masse qui l’oppresse, de l'intérieur, grâce à un marteau muni d'un pic.

«Dans mes performances j'aime bien mettre de la tension»

Quelques heures avant de bouffer du béton, on a demandé à Yann Marussich comment il se sentait.

«Le béton se resserre sur le corps donc c'est extrêmement oppressif (…) il faut pas y penser et respirer très doucement»

La plume irradiée de Thomas Flahaut

8 décembre 2017

Il vient de publier son premier roman : « Ostwald », une fiction sur l’errance de deux frangins en Alsace, après l’incendie de la centrale nucléaire de Fessenheim. Dans Engrenage, ce jeune auteur de 26 ans sorti de l'Institut littéraire suisse de Bienne est venu nous parler de son métier et des problématiques liées au statut d'écrivain. Avec Thomas, on a également parlé d'écriture collective, de liberté solidaire, d'Iggy Pop et de patates au vinaigre.

«Ecrire à une époque où la société nous demande d'avoir un travail barbant – et en plus d'être très content et de remercier le monde d'avoir ce travail super barbant – c'est déjà un geste assez politique»

Marina Abramovic tape contre les murs

8 décembre 2017

La légende serbe du body art et de l'art performance, Marina Abramovic, a partagé douze ans de sa vie avec son ancien compagnon : Ulay.

Vie privée et performances, ils ont mis en scène leur couple lors de multiples performances qui testent leurs limites physiques et psychiques. « Expanding in Space » reste l'une des plus violentes et des plus marquantes en raison de la métaphore du couple qu'elle propose.

«Dans un couple, ce qu’on gagne en espace et en autonomie en repoussant les murs, on peut le faire seulement en augmentant la distance entre nous.»

Le hurleur de lumière

1 décembre 2017

Le valaisan David Glassey est tombé dans la lumière il y a presque 20 ans. Ses armes, il les a aiguisées auprès de Samael ou dans sa salle de concerts de l'époque, le Veaudoux à Monthey.

Engagé par Sophie Hunger et le Montreux Jazz , cet ingé light a vu passer des dizaines d'artistes mythiques sous ses projecteurs: Obituary, Carcass, Cathedral, Bootsy Collins, Woven Hand, Opeth, Arch Enemy, Mariane Faithfull, etc.

David possède de multiples cordes à son arc : programmateur, administrateur et désormais manager d'Alice Torrent.

En 2015, il s'est même retrouvé tour manager d'une tournée de 6 semaines avec 35 métaleux à travers toute l'europe.

Mais si l'ancien chanteur d'Herod a choisi l'éclairage, c’est peut-être aussi parce qu'il est un peu paresseux.

«J’ai déterminé la suite de ma vie par un acte d’héroïsme fainéantisien »

Dans Engrenage, il nous explique comment fonctionne une console lumière, les raisons de son départ d'Herod, les joies des tournées internationales, son amour pour Alice Torrent et les contraintes de son(ses) métier(s).

«De moins en moins de monde croit que c’est juste une équipe de branleurs qui se mettent sur le toit tous les soirs (…) mais les gens comprennent pas que tu arrives dans une salle à 9h pour un concert à 22h»

Fermier péruvien 1-0 Pollueur allemand

1 décembre 2017

Un véritable remake de David contre Goliath !

 

Dans le rôle de David : Saul Luciano Lliuya, un petit fermier péruvien parti en croisade contre Goliath : le géant de l’énergie allemand RWE, un de principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète.

Saul l’accuse d’être le principal responsable de la fonte de Churup, un glacier dans les Andes. Hier, le tribunal régional de Hamm, au nord de l’Allemagne, a jugé sa plainte recevable (après avoir été refusée en première instance). 

Cette décision marque un vrai tournant en terme de justice climatique mondiale.

«Ce sera un long chemin, mais en tant qu'alpiniste, je suis habitué aux parcours semés d’embûches. »

On lui souhaite d’avoir les crampons solides et un bon avocat !

Convulsions et silences d’un wall of sound

24 novembre 2017

Musicien professionnel, manager, organisateur de festivals, Loic Grobéty laisse traîner ses doigts un peu partout dans l’engrenage de la culture.

Qu’il s’agisse du Festival noise-expérimental Hors-Norme ou du Jazz en Rade, Loic met les mains dans le cambouis puisqu’il gère tout de A à Z.Dans Engrenage, il nous explique comment il s’y prend pour convaincre des musiciens internationaux de performer au fond de la Vallée de  Joux.

Bassiste, contrebassiste et bidouilleur d’instruments do it yourself, après 17 ans de métal extrême, Loic tourne à l’international avec son groupe doom-drone: Convulsif. Après 3 tournées et plus de 70 dates en 2017, il ne vit pourtant pas pleinement et uniquement de sa musique.

Dans Engrenage, il a partagé sa vision de la culture qui a changé en 10 ans selon lui : entre politique et professionnalisation, elle laisse moins de place à la passion et à l’expérimentation.

« Avec des études, on peut former des bons managers, mais on ne peut pas former des gens qui ont une vision culturelle. Un bénévole a une vision du pourquoi il va nettoyer les toilettes et la bière à la fin du concert. »

Une politique culturelle toujours bien coiffée

16 novembre 2017

Gil Vassaux est chef de projet au service de la culture d'Yverdon-les-Bains. Après avoir été secrétaire général du Fri-Son, ce garçon du terrain se frotte depuis quelques années aux décisions stratégiques et politiques de la culture. Entre les institutions, les artistes et les décideurs politiques, il se sent parfois entre le marteau et l'enclume.

«ça peut faire mal, c'est vrai…parfois ça passe pas.»

Pris entre les besoins du terrain et les décisions politiques, on a demandé à Gil en quoi consiste son quotidien et s'il défend en priorité la culture ou la position de sa ville.

«Quand je suis dans le train et que j'entre en communication avec quelqu'un, j'ai l'impression d'être en performance tellement c'est rare (…) on a besoin de se retrouver»

Si vous voulez connaître la vision de Gil concernant la culture de demain et apprendre à reconnaître un « politique culturel » dans la rue, c'est juste ici : dans Engrenage.

Le vagin comme mitraillette

16 novembre 2017

La performeuse féministe Valie Export a encore frappé !

Dans Perfos sous X, on vous a déjà raconté « Touch Cinema », une performance de 1968 durant laquelle les passants pouvaient toucher les seins del'artiste à l'intérieur d'une boîte.

 

La même année, Valie Export propose « Genitalpanik », une nouvelle œuvre radicale qui continue à questionner les liens entre la construction du genre féminin et le système médiatique.

« Genitalpanik » se déroule à Munich dans une salle de cinéma remplie de messieurs qui matent un film porno. Valie Export débarque dans la salle, les cheveux en pétard, habillée d'un jean découpé à l'entre-jambe qui laisse complètement apparaître son pubis.  Dans cette tenue, elle déboule en hurlant sur le public qu'il y a un véritable sexe à leur disposition.

 

Comme sur cette photo prise quelques temps plus tard, il paraît qu'elle aurait eu une mitraillette à la main, mais il y a débat sur la question…

C6Zih9fWcAEy_qZ

Le warrior qui avait une âme d’enfant

10 novembre 2017

Il y a vingt ans, Léo Wannaz fondait Creaked Records à Lausanne, un label punk/hardcore qui s'est progressivement tourné vers l'électronique. Aujourd'hui, Creaked se diversifie et se lance notamment dans une activité de booking pour survivre.

 

Dans Engrenage, ce découvreur de talent nous raconte plus précisément comment son label a réussi à tenir le coup face à la crise du marché du disque et à la dématérialisation des supports musicaux. Entre difficultés, passion et pugnacité, Léo confie à quel point il faut sacrifier de sa personne pour entourer les artistes aujourd'hui.

« Chaque sortie de disque est un combat »

Plus d'articles