DjSet 268 Gérard (Collector Shop)

30 septembre 2019

A peine entré chez Gérard, on sait pertinemment qu’on va déguster du disque de grand cru savamment collectionné à travers 50 ans de passion. Les vinyles vous accueillent  sur une étagère pleine à l’entrée, puis vous cernent de toutes parts dans le salon où ils sont accompagnés de CDs et d’un escadron de platines d’époques restaurées amoureusement. Tout  vous intime à vous asseoir religieusement dans le canapé qui fait face aux enceintes et à laisser le maître des lieux vous conduire dans un menu « gastrophonique » de grande envergure.

 

  • Rolling Stones // You can’t always get what you want
  • The Beatles // A Day in the Life
  • Pink Floyd // Astronomy Domine
  • King Crimson // I talk to the Wind
  • The Moody Blues // Lazy Day
  • The Soft Machine // A Certain Kind
  • Caravan // Golf Girl
  • Led Zeppelin // Whole lotta Love
  • Traffic // (Sometimes I feel so) Uninspired
  • Colosseum // Walkin in the Park
  • Family // The Weavers Answer
  • Van Der Graaf Generator // A Plague of Lighthouse Keepers (dernière partie)

«La radio m’a sauvé la vie»

30 septembre 2019

Grâce à Gabriel Arellano, Engrenage plante ses rouages à l’intersection du théâtre, du hip-hop et de la radio. Genevois et comédien de formation, il est aussi rappeur (Anklature dans le collectif L’Axe du Mal, c'est lui). Mais c'est sous son pseudo Takeshi Mohammed que Gabriel préfère nous dégommer son flot en direct live.  Dans son dernier spectacle, S’interdire la lune, c’est le medium radio qu’il a eu envie d’expérimenter. Chaque soir, il a interviewé une personne différente dans le cadre d’une émission fictive. Dans Engrenage, il vous explique pourquoi ce média lui a sauvé la vie et redonné le goût du théâtre. Du rap, des ondes, de la comédie et de la poésie, c'est juste ici :

Lorsque Muzi produit l’album de Gruff Rhys

27 septembre 2019

Après sa collaboration avec l'Orchestre National du Pays de Galles en 2018, Gruff Rhys enchaîne avec un nouvel album, Pang! Le disque, plutôt sobre, est produit par l'un des artistes les plus en vue du moment : Muzi. Résultat : un disque hybride et unique à la croisée de la pop britannique et des beats électroniques sud-africains. Découvrez le morceau Pang! dans la playlist du Sonar de la semaine avec des titres d'Automatic, Holy Hive, Bonobo, Men I Trust et YAK.

Bon vivant, tricheur, président, guignol

26 septembre 2019

Jacques Chirac est mort le 26 septembre 2019

Les emplois fictifs à la mairie de Paris, les pommes, le Salon de l'Agriculture, « abracadabrantesque » ou encore « mes couilles sur un plateau », c'est signé Jacques Chirac, président français de 1995 à 2007, décédé à l'âge de 86 ans. On lui dédie un zapping composé de quelques déclarations mémorables.

Don Juan, le plus gros queutard de l’Univers

26 septembre 2019

Madame Rochefort te présente le séducteur de ses dames version cour du Roi Soleil. Elle te raconte une pièce de Molière, « Don Juan » :

 

Sganarelle, c’est la commère du ter ter. Il papote avec un de ses potos et taille Don Juan, son boss.
En fait, pour faire un peu plus caliente, on va l’appeler Don Rouan. Le type est vraiment très très chaud. Dès qu’il voit de la meuf, il a la gaule et a envie de casser du cul. Par exemple, il a rencontré une nana, elle était au couvent, mais ça ne l’a pas empeché de la pécho et de l’épouser. Mais après l’avoir sautée, il l’a laissée tomber comme une grosse bouse, et la meuf s’est retrouvée le cœur en mille morceaux. Tellement vénère et triste qu’elle maudit Don Rouan et qu’elle espère qu’il crèvera la gueule ouverte.

« Don Rouan, s'il pouvait, il s'inscrirait à l'Ile de la Tentation »

Don Rouan n’en a rien à péter ; s’il pouvait, il s’inscrirait à l’Ile de la Tentation, mais bon, à l’époque ça n’existait pas encore, quoi. A la place, il va faire un petit plouf dans l’eau. Mais ce gros débilos manque de se noyer. Heureusement pour lui, un mec sympa passait par là et le sauve. Pour le remercier, Don Rouan ne trouve rien de mieux que d’essayer de pécho la nana de ce gars-là. A vrai dire, il essaye aussi de pécho une AUTRE meuf et quand les filles découvrent qu’il joue sur plusieurs plans, ben elles pètent un câble, évidemment, c’était pas encore trop à la mode, le polyamour. Don Rouan le beau parleur réussit quand même à leur faire à l’envers… mais bon, il ne s’éternise pas parce qu’il se rend compte qu’il y a plein de gars qui veulent se bastonner avec lui.

« Il n'en a rien à foutre de la vie »

Pour se cacher, il se déguise. Il squatte avec son poto Sganarelle, il manque de se fighter avec les bros de sa nana Elvire, mais là encore, il les brosse dans le sens des oilp, et il s’en sort les doigts dans le nez. Du coup, il continue sa route, et il tombe sur un cimetière. Là, il capte qu’une des tombes est celle d’un type qu’il a buté il n’y a pas trop longtemps. Don Rouan se marre, et ce gros kikou dit à la statue du mort « Wesh bro, viens bouffer un de ces quatre ! » Et là, t’y crois pas, la statue fait oui de la tête. Don Rouan ca le fait toujours autant marrer. Il va boire un verre, comme si de rien n’était. Plein de people défilent pour essayer de négocier avec lui, mais il reste toujours aussi badass : il se fout de la gueule de son pote, il se fout de la gueule de son reup et il se fout de la gueule de sa meuf Elvire, bref il n’en a rien à foutre de la vie. Il fait même genre de devenir un fan de Jésus, pour faire croire à son reup qu’il regrette d’être un gros crevard, mais ce n’est que du fake !

« La statue du mort vient buter Don Rouan »

Le soir, Don Rouan voit un fantôme, qui lui dit qu’il faut vraiment qu’il calme sa joie ! Mais le gars se marre et n’en a toujours rien à péter. Alors un peu plus tard, la statue du mort, que Don Rouan avait invité à bouffer la veille, débarque. Et elle bute Don Rouan : tout le monde dit bon débarras. De toute facons le gars, c’était trop un boloss, tout ce qu’il méritait, c’était de pourrir en enfer.

Le Grand quiz de les groupes suisses

25 septembre 2019

L'émission la plus déglinguée du PRR (Paysage Radiophonique Romand) est de retour après une interminable absence, avec sa farandole de questions rocambolesques, abracadabrantes et fantasmagoriques. Et au milieu de ce joyeux bordel, 2 groupes s'affrontent, s'étripent et batifolent : d'un côté Killbody Tuning, et de l'autre, Félicien LiA (accompagné par Yann Etique, de l'association Muzak)

«Tu t'y connais un peu en coupe mulet ?» Florent, de Killbody Tuning

Tout ce beau monde est à retrouver ce weekend à la Galerie du Sauvage à Porrentruy, dans le cadre des 10 ans de Muzak, mais en attendant les festivités, on laisse libre court à notre fantaisie dans Le Grand quiz de les groupes suisses. À découvrir en intégralité ci-dessous.

Barbara, ou des souvenirs trop badants

25 septembre 2019

La langue française est un havre de poésie. Même quand on s’applique à utiliser les mots qui ne figurent pas encore au dictionnaire. Madame Rochefort a l’âme rêveuse et engagée : elle scande son interprétation de Barbara, de Jacques Prévert :

Notre cher Jacques Vertpré  a le seum. Il traine ses basks de gros déprimé dans les streets de Brest. Avec sa garette dans la bouche, il se balade sous la pluie, parce que toi-même tu sais, ça pisse tout le temps en Bretagne. Il trace sa route, et il se rappelle d'un moment de sa life.

« Le poète a eu la trique en voyant Barbara »

C'était avant la guerre. C'était un jour un peu pareil qu'aujourd'hui, il pleuvait la race, Jacques Vertpré trainait son cul dans la rue, quand tout à coup, il a vu une petite bombasse, toute pimpée et tout et tout. La meuf avait le smile, elle était trop fraiche. Son blaze, Jacques Vertpré l'a sans doute inventé : il l'a baptisée Barbara. Notre cher poète déprimé a presque eu la trique en voyant Barbara. En tout cas, d'un coup, le seum s'est envolé, ça je te le dis  ! Mais bon, pas de chance pour Vertpré : ce jour-là, la go rejoignait un keum qu'elle avait l'air de bien kiffer. Elle a couru dans les bras du gars, ils se sont roulé une de ces galoches, et puis ils ont marché, ils étaient biens, ils étaient refaits, même s'il faisait un temps de merde. Notre cher Jacques Vertpré, même pas jaloux, était plutôt  tout ému de voir ça, ça lui a donné les yeux tout mouillés. C'est un poète le gars, une vraie couille molle, mais il n'y peut rien, son cœur a fondu ce jour-là et il a eu le smile en voyant Barbara pécho un BG dans la rue toute mouillée de pluie.

« Il déprime grave car la guerre est passée par là »

Aujourd'hui, Jacques Verpré refait le même chemin dans Brest, mais il déprime grave parce qu'entre temps, la guerre est passée par là. Il se demande ce que cette jolie go là, qu'est-ce que sa Barbara a bien pu devenir après que les zing ont tout déglingué dans la ville. Est-ce qu'elle est encore vivante ? Et son keum le beau gosse, est-ce qu'il a dû partir se fighter sur le front, est-ce qu'il a clamsé ? Ou bien est-ce qu'il a pu revenir de la guerre, pécho Barbara et lui faire plein de petits chiards ? Est-ce qu'au final, ils ont pu s'installer tranquilles dans un meublé ?

« Barbara lui fout le seum »

Ouais, Jacques Vertpré marche dans Brest et se retrouve  en pleine dépression. Sa balade ne lui fait pas du tout du bien en fait.  La pluie lui fout le seum, la guerre lui fout le seum, Brest lui fout le seum, Barbara lui fout le seum… et surtout, ses souvenirs lui foutent le seum… on se demande même si le gars ne va pas se tirer une balle tellement il est mal… mais non, il tire une dernière latte sur sa clope, et regarde les nuages flotter au-dessus de la mer. C'est vraiment pas la joie, mais bon,  tout ça, ça a le mérite de l'inspirer : toi-même tu sais bro, les poètes sont tous des gros adeptes du bad trip.