STEROIDS – Le Podcast qui fait l’exégèse des gros bras.

13 octobre 2020

Cette semaine, notre super-héros du 7ème art, Ciné-Man, vous invite à plonger dans l’univers des films d’actions de tous poils, à travers un nouveau podcast signé par l'équipe de l'excellent site Capture Mag.

«STEROIDS, pour moi, c'est l'exemple parfait qui nous montre qu'on peut parler d'un cinéma, en apparence un peu régressif et primaire, mais avec une grande intelligence.» Ciné-Man

Lire la suite

Les 10 morceaux à écouter cette semaine

12 octobre 2020

Chaque lundi, GRRIF te propose une sélection de 10 morceaux. Des nouveautés, classiques et raretés commentés par notre programmateur et à écouter dans la playlist du Sonar de GRRIF.

Bicep – Apricots

Le duo de Belfast continue de s'inspirer des sonorités rave sur son nouveau morceau Apricots. Le son est large puissant, spatial et se rapproche d'ambiance digne de Moderat. Un nouvel album est attendu pour janvier 2021.

Gabriels – Love and Hate in a Different Time

C'est peut-être actuellement le groupe qui mélange le mieux soul et électronique dans sa musique. Tout droit venu de Los Angeles, Gabriels sort timidement son troisième morceau en deux ans.

The Meters – A Message from the Meters

Le morceau est signé Leo Nocentelli, l'auteur de Cissy Strut. Le bougre connait la musique. A 14 ans déjà il chantait aux cotés d'Otis Reding.

Machinedrum & Jesse Boykins III – Wait 4 U

Hip-hop, disco et drum n bass ! Le nouvel album éclaté de Machinedrum n'a de cohérent que son audace. Sur chaque morceau, le musicien tente de nous surprendre et ça fonctionne. Mention spéciale à Wait 4 U, morceau rapide, mélancolique et stellaire.

Googie Rene – Smokey Joe's La La

Dans les années 60, le californien Googie Rene oriente sa musique vers une pop teintée de jazz. Une musique agréable et facile à écouter. De l'easy listening ? Oui, on peut dire ça, car certains de ces morceaux sont considérées aujourd'hui comme le début de la musique lounge.

Yellow Days & Shirley Jones – Who's There ?

Avec ses 23 morceaux et sa structure éclatée, difficile de npas trouver chaussure à son pied dans le nouvel album de Yellow Days. Pour nous, ce sera la cinquième piste, Who's There avec Shirley Jones.

PVA – Talks

Le trio de Londres donne suite à Divine Intervention, son premier morceau sorti l'année passée. Sur Talks, le groove et le style no wave sont toujours de rigueur avec un petite quelque chose en plus qui nous fait dire : encore !

Maximum Joy – Searching for a Feeling

A ranger aux côtés de groupe comme Slits et Gang of Four. Maximum Joy fait une musique festive à l'instrumentation complexe. La discographie de ce groupe des années 80 est assez minc : une poignée de singles et un seul album paru en 1982.

Ramones – Havana Affair

Un cueilleur de bananes formé par la CIA, une bonne dose de sarcasme et enfin un format court et rapide ! Vous écoutez Havana Affair des Ramones.

Calibre – Crazy for You

Le morceau dégage une ambiance presque malsaine qui reste tout de même inquiétante. Crazy for You pourrait être la BO de votre pire cauchemar s'il n'avait pas ce rythme rapide et énergique salvateur.

Lire la suite

En résidence chez Dimitri Meier

10 octobre 2020

Sur la porte d'entrée, une affiche du LUFF. Dimitri Meier, le co-directeur artistique musique du festival, annonce la couleur : chez lui, on s'attend à ce que les images, les ouvrages et les musiques de marge trônent en bonne place.  Un long couloir et quelques miroirs plus tard, on tombe sur une collection d'accréditations dans une vieille commode. Il faut dire qu'entre son amie et lui, le couple trempe dans une ribambelle de projets artistiques. Lui, à la co-programmation de l'association du Salopard, la production du Castrum et la co-direction artistique du LUFF ; elle, à la production du même festival, véritable respiration cinématographique et musicale automnale. D'ailleurs, on se rend vite compte qu'à une semaine du coup d'envoi, leur appart devient le QG du festival. Des bénévoles sonnent à la porte. Dehors, un groupe s'active pour récupérer du matériel dans la cave qui sert de stock durant l'année. Les lieux fourmillent. Entre deux pas de bourrés, on fait connaissance avec sa collection de mille vinyles, son chat Myrtille et son diffuseur d'huile essentielle. Humilité et économies underground, En Résidence chez Dimitri Meier, c'est juste ici :

«À la programmation du LUFF, on fonctionne complètement à la subjectivité.»

Dimitri Meier, L'interview

Vreni Holzer et l’album collectivement personnel

9 octobre 2020

Les cinq explorateurs jurassiens de Vreni Holzer se sont enfermés dans une usine pour jouer à la roulette des tyrans. Tour à tour, ils sont devenus grand maître ultime de 10 minutes de leur nouvel album Avant l'Autre. Le résultat est déroutant, mais il reste homogène malgré la singularité de ses membres.
On est à la sortie de l'usine, à la rencontre d'Ulysse le batteur et Martin le chanteur  pour qu'ils nous expliquent tout ça.

« C'est des morceaux individuels mais créés par le groupe. »

Lire la suite

«Plus chauds que le climat», le nouveau film de Bastien Bösiger et Adrien Bordone

6 octobre 2020

Cette semaine, notre super-héros du 7ème art, Ciné-Man, vous invite à vous questionner sur le thème très actuel du réchauffement climatique, à travers les différents points de vue de jeunes lycéens biennois.

«Ce qui me marque chez ces gymnasiens, c'est de voir à quel point leur écologisme est toujours anthropocentré. À aucun moment dans le film, on entend un jeune parler du bien-être de la planète, pour le bien-être de la planète.» Ciné-Man

Lire la suite

DjSet 290 Canichnikov

5 octobre 2020

Guillaume Lachat alias Canichnikov est de ces explorateurs mélomanes propulsés par un enthousiasme d'enfant devant ses cadeaux de Noël. A chaque trouvaille, chaque accident heureux, ses yeux s'illuminent. Et plus la chose s'éloigne des sentiers battus, plus il semble prendre du plaisir. Je crois qu'il s'amuse vraiment quand les limites, les règles et les conventions sont parfaitement dépassées.

Bien qu'on croise le Canichnikov dans des milieux agités (ses concerts à domicile, l'Axe du Mal, ou au Glaucal), notre hôte du jour me reçoit dans son atelier perso. Une officine d'appareils technologiques où il aime bosser sur ses mille projets loin du tumulte. Il nous convie à la découverte  de ses trésors du moment comme une conférence de biologistes du 19ème siècle de retour du « bout du monde ». Nous irons loin. Mais pour un enfant, il suffit d'un peu de bricolage et d'imagination pour toucher les étoiles.

  • End. // You only live once
  • One Day as a Lion // Ocean View
  • The bad Plus // Comfortably Numb
  • HELLA // The Ungreatful Dead
  • Naked City // Speedfreaks
  • Nonstop // Trop Bon trop con
  • The Dear Hunter // Isabella
  • Les Chevals Hongrois // Morlaix
  • 31 Knots // Tower of the Middle of the Month
  • Dalila Kayros // Cryptic
  • Rhume // Biarritz
  • Refused // Coup d’Etat
  • Canichnikov // Interlude

Les 10 morceaux à écouter cette semaine

5 octobre 2020

Chaque lundi, GRRIF te propose une sélection de 10 morceaux. Des nouveautés, classiques et raretés commentés par notre programmateur et à écouter dans la playlist du Sonar de GRRIF.

Spillage Village & Mereba – Psalmsing

Spillage Village est un collectif d'Atlanta qui existe depuis 10 ans. L'enregistrement de son dernier album s'est fait dans des conditions très particulières puisque à la base le rappeur JID avait loué un studio au mois de mars de cette année et invité les membres du collectif à participer à l'enregistrement de son album solo. Mais la pandémie est arrivée et le studio s'est finalement avéré être un endroit sûr pour tous les membres du groupes. Exit donc l'album solo, les musiciens sont restés enfermés tous ensemble pendant plus de deux mois dans le studio pour y enregistrer Spilligion, le nouvel  album du collectif.

Potatohead People & De La Soul – Baby Got Work

Nourri au hip-hop 90's, le duo de Vancouver, Potatohead People insuffle une bonne dose de jazz et de funk dans ses productions. Le morceau Baby Got Work en est le parfait exemple. Cerise sur le gâteau : c'est Posdunos, membre de De La Soul, qui prend le mic.

Fuzz – Spit

La Californien Ty Segall et son groupe Fuzz s'apprêtent à faire chauffer les amplis le 23 octobre avec la sortie de leur troisième album. Le morceau Spit évoque musicalement « un ivrogne qui s‘endort au volant ». Vraiment ?

Bonnie Dobson – Winter's Going

En 1969,  Bonnie Dobson sort son album le plus connu et son meilleur morceau : Winter's Going. La musicienne canadienne est souvent comparée à Joan Baez pour la pureté de son soprano.

The Brooks – Gameplay

Direction Montréal pour y découvrir The Brooks. Cette formation funk de huit musiciens s'inscrit dans la droite lignée d'un George Clinton.

Brand Nubian – Slow Down

Le 4 décembre 1990, Brand Nubian sortait son premier album. Un disque hip-hop purement 90's, avec un peu de jazz et beaucoup de samples. Le morceau Slow Down contient à lui seul 3 morceaux de James Brown : Funky President, Can Mind et All for One.

Quantic – Theme from Selva

Le producteur britannique Quantic dévoile Theme from Selva. Un morceau disco à l'orchestration soignée et puissante.

Betty Harris – Show It

Show It n'est sans doute pas le plus grand succès de Betty Harris, mais il est assurément un de ses morceaux qui a le mieux vieilli. Après un joli parcours dans les années 60, Betty Harris arrête brusquement sa carrière en 1970.

T. Rex – Mambo Sun

Mambo Sun est la première plage de l'album Electric Warrior de T. Rex. Cette pierre angulaire du glam rock a été produite par Tony Visconti, producteur historique de David Bowie.

Fenster – Like a Dreamer

Après l'excellent Dreams du Fribourgeois Fenster, Sonar vous propose de découvrir Like a Dreamer, un pur morceau de synthwave. Mélancolique et puissant.

Lire la suite

La famille de Ziggy Stardust se trouve dans la littérature de science-fiction

3 octobre 2020

Naissance de Ziggy

Dans la nuit du 10 février 1972, dans le Toby Jug pub à Londres, le public attend que David Bowie monte sur scène et ce soir-là, il met le public le cul à terre en présentant son nouveau perso, Ziggy Stardust. Une coupe mulet rouge, du maquillage excentrique, une combinaison moulante au col plongeant et puis surtout, la musique avec, évidemment, son titre Starman. Le public approuve, Ziggy Stardust est né.

L'inspiration d'Heinlein

Derrière ce personnage flamboyant, il y a toute une réflexion de Bowie, qui a tiré son inspiration de la science-fiction de l'époque. À travers les pérégrinations de Ziggy, personnage principal de l'album Rise and Fall, on perçoit une grosse ressemblance avec une œuvre de l'écrivain Heinlein, Stranger in a Strange Land. Dans ce livre, le héros prénommé Valentine Michael Smith vient de Mars, planète qui est une obsession pour Ziggy. Et puis, les deux figures sont androgynes, inclassifiables. Le lien est tellement fort entre les deux que le rôle de Valentine au cinéma avait même été proposé à Bowie. Le chanteur avait décliné parce que trop évident pour lui.

L'influence de Burroughs

Un autre écrivain a influencé Bowie pour Ziggy Stardust, c'est William S. Burroughs, avec son ouvrage Nova Express. Les deux artistes se sont même rencontrés une fois en 1973, rencontre durant laquelle Bowie a expliqué à l’auteur à quel point il l’avait inspiré. Voici les mots de Bowie pour décrire Ziggy à Burroughs:

« Il reste cinq ans avant la fin de la Terre. On a annoncé que le monde mourra suite à un manque de ressources naturelles. Ziggy fait partie d’un groupe de rock & roll, mais les enfants de ce monde ne veulent plus jouer du rock & roll. Il n’y a plus assez d’électricité pour en faire. Ziggy Stardust, n’est pas un étranger ; c’est plutôt un terrien qui entre en contact avec des extraterrestres, qui l’utilisent ainsi comme un réceptacle charismatique pour mettre à bien leur plan. » 

Burroughs a validé l'histoire, Ziggy était né. »