Musique

Le néon épileptique d’Atsuhiro Ito

28 avril 2017

À la base, Atsuhiro Ito est artiste en art visuel.

En 1998, il invente un nouvel instrument : L’Optron et se met à faire des performances noise qui en mettent plein les oreilles et les yeux à son public.

L’Optron est un tube de lumière fluorescent, un néon bourré de tous petits micros à l’intérieur qui ressemble à un sabre laser…

À chaque fois qu’il joue, Atsuhiro Ito demande le noir complet dans la salle.

Dès qu’il branche le tube sur un ampli l’Optron génère des bruits et de la lumière.
Le néon fait environ 1m50 et selon où l’artiste pose ses mains sur l’instru, il en sort des sons technoïdes qu’il module grâce à des pédales et une lumière complètement épileptique.

Comme il fait complètement nuit dans la salle et que la seule lumière provient du néon qui s'allume au rythme du son, le public ressent l'effet d'un stroboscope super puissant. Même les yeux fermés, la lumière passe à travers les paupières et tout le monde n'arrive pas forcément à tenir durant toute la durée de la performance.

 

Si dans la guerre des étoiles le sabre laser est censé traverser toutes les matières, l'Optron possède le pouvoir de vous rendre complètement sous son emprise. Un peu comme si on vous jetait un sort…

 

C'est peut-être pas un hasard si son dernier album s'appelle : « Satanic abandonned Rock'n Roll Society ».

Voyage, voyage

28 avril 2017

Le Sonar de la semaine mélange les genres et les époques dans un voyage musical sans frontières. Avancez les yeux fermés et gardez les oreilles grandes ouvertes.

«L’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage»

Lire la suite

DjSet 196 – Shady

27 avril 2017

Haaa, la chaleur d'un foyer!

Une maison accueillante dans la froideur fribourgeoise.

Shady m'ouvre sa porte. Des effluves de groove descendent de l'étage. Le bonhomme ne parle pas beaucoup  mais les vides sont agréablement remplis par Fayiza, sa copine.

 

 

On suit les effluves sonores pour aboutir dans la salle de pilotage, au 1er étage. Les platines nous attendent derrière le canapé pendant qu'un home studio se repose au centre. Shady, en plus de dévorer des disques par millier, produit. Parmi ses trophées il affiche des tracks pour D.R.A.M (avant qu'il n'explose) et Dizziz sur le prochain album, s'il-vous-plaît.

 

 

Je vois que mon hôte s'impatiente. Je file le rejoindre…

 

  • Game // Gotta take your love
  • Goldlink // Rough Soul (Ft.April George)
  • Leoppold // To be announced
  • Shady // You must believe in spring
  • Tadd Dameron // On a misty night (ft. John Coltrane)
  • The Notations // I'm still here
  • The Moments // What's your name
  • Tame Impala // Past life
  • River Tiber // Gravity
  • Mac Demarco // On the level
  • Toro Y Moi // Omaha
  • Kurupt & Terrace Martin // Build you up, tear you down (ft. Soopafly and Snoop Dog)
  • Phony Ppl // Why iii love the moon
  • Jeff Lorber Fusion // Rain dance
  • Milton Nascimento // Catavento
  • Shady // TBA
  • Childish Gambino // Terrified

 

 

Meril Wubslin: le clip qui pique

27 avril 2017

Meril Wubslin, formation Lausannoise qui produit de belles envolées d'ethno-drone sacrées, a publié son dernier EP « Sinon » en automne, chez les copains de Cheptel Records. Là, ils viennent de sortir un clip interactif sur la chanson « Dors vers moi ».

 

Les vaudois ont demandé à Lara Defayes et Tom Zambaz, deux designers en multimédia du coin, de fabriquer un clip qui varie en fonction de la musique mais aussi des mouvements de votre souris. 

 

J'ai essayé et c'est pas très flagrant mais en gros, pour chaque mouvement de votre curseur sur l'écran, les formes sphériques s'agitent plus ou moins.

 

On vous met le tout ci-dessous histoire que vous puissiez faire mumuse aussi. Cela dit, attention si vous êtes épileptique. Vous allez vous trouver devant une constellation de ronds blancs qui grandissent et frétillent de plus en plus. J'ai pas trop envie de vous retrouver en position fœtale au pied de votre bureau en train de baver, donc restez vigilants.

 

LE CLIP QUI PIQUE

Alice Torrent, le temps d’un live

27 avril 2017

Vendredi dernier, la chanteuse-musicienne valaisanne Alice Torrent, était de passage pour la première fois au Bikini Test à La Chaux-de-Fonds, afin de présenter son premier album Phantom Limb sorti le 18 novembre dernier.

« Je pense que si j'avais fait ce disque 5 ans avant, j'aurais eu honte un mois après sa sortie » Alice Torrent

Pour l'occasion, GRRIF a pris son micro sous le bras pour aller à la rencontre de cette artiste à la voix fascinante, histoire de parler avec elle de ce premier opus et de la manière dont il se traduit sur scène.

Entre 2 concerts, Alice Torrent travaille déjà à de nouvelles compositions en vue d'un 2ème album. En attendant, vous pourrez déjà la voir le 5 mai au Vario Bar à Olten, le 13 mai à La Grange Festival à Martigny et le 19 mai à l'Irreversible festival de Monthey.

Vomir : des sacs de noise et des murs de bruit blanc

25 avril 2017

Il habite Paris, il s'appelle Romain Perrot (roro pour les intimes) et il est l'autodidacte radical et nihiliste de la scène harsh noise.
Depuis 2006, il est passé maître dans l'art de créer des Harsh Noise Wall, des murs de sons bruitistes hyper puissants et fabriqués avec le strict minimum.
Son travail consiste à immerger complètement le public dans un mur de bruit blanc : un son composé de toutes les fréquences audibles, chaque fréquence ayant la même énergie.

Sous le nom de projet « VOMIR», Romain Perrot utilise donc des murs de bruits blancs pour rendre compte du sentiment d'enfermement et d'isolement par le son.

Durant toute la durée de ses performances, Romain laisse tourner ses machines et reste debout, immobile, dos au public avec un sac en plastique sur la tête.
Et souvent, comme au LUFF Festival à Lausanne en 2013, Romain distribue aussi un sac en plastique (ou un sac poubelle) au public pour qu'il se les enfilent sur la tête.

« Avoir un sac poubelle sur la tête, c’est essentiel pour écouter VOMIR »

Au début, on se dit qu'on a sacrément l'air con avec ce sac poubelle sur la tronche (ce qui est vrai) ; mais finalement, plus ça avance, plus on se rend compte que le sac en plastique est essentiel pour vivre la performance.

Il permet de se couper vraiment du monde extérieur.
On ne voit absolument rien. On entend juste la puissance dévastatrice des sons. On entre en soi-même, presque en méditation.

Soit on se sent soit complètement écrabouillé ou vidé, soit complètement libéré et plein d'énergie.
Avec toutes ces têtes enfermées dans des sacs poubelles, ça donne des photos assez géniales.

« C’est un peu comme si tout une foule partait pour Guantanamo »

D’ailleurs on peut se poser la question de la torture dans le projet « VOMIR » de Romain Perrot.

Lorsqu’on lui demande s’il torture son public, Romain explique qu’imposer du Britney Spears pendant 10h sous la contrainte, c’est de la torture. Il explique au contraire qu’il créé une opportunité pour le public d’être réellement en situation d’isolement et d’immersion.

Pour son projet VOMIR, Romain Perrot a écrit un véritable manifeste nihiliste qu’il a posté sur le site de son propre label : décimation sociale. Pour lui, la musique noise est une forme d’anarchisme non-violent, une espèce de rage qui permet de rendre compte du sentiment d’abrutissement de l’être humain.

« L’individu n’a plus d’autre choix que de rejeter totalement la vie contemporaine. Le seul comportement totalement libre qui nous reste, réside dans la noise. La noise permet de ne pas capituler face à la manipulation, à la socialisation et au divertissement »

 C'est bien connu, « VOMIR » c'est se libérer d'un truc qui passe pas. Merci Roro, grâce à toi on se sent déjà mieux !

Musique de genre

21 avril 2017

 

Le Sonar de la semaine c'est une belle et grande playlist à écouter sur ce site via Soundsgood et sur Spotify, parce qu'on n'est pas sectaire. Mais Le Sonar de la semaine c'est aussi l'occasion de se poser de grandes questions.

«A quoi ressemblerait du reggae joué par Jack White?»

Lire la suite

Plus d'articles