Trump

Le monstre orange

29 décembre 2017

Il était une fois un monstre répugnant, avec des petits poils blonds sur le haut du crâne et une bouche ronde comme un donut. Il s’appelait donc Trump. Il était très riche et puissant, du coup même s’il était féroce, les gens l’écoutaient et le respectaient quand même plus ou moins.

 

Le passe-temps favori du monstre, c’était de grogner et rugir, pour faire taire les gens sensés. Trump voulait que ses cris surpassent tout le reste.
Il grognait contre tout, mais surtout contre le réchauffement climatique. Mais oui, vous savez, ce phénomène alarmant d’augmentation des températures sur la planète. Bref, selon le monstre Trump, la pollution, les voitures et les usines qui crachent de la fumée, tout ça tout ça, c’était du vent. Ça ne faisait en aucun cas du mal à la planète! Et peu importe ce que les scientifiques en pensaient  ! Pour le gros monstre orange, la terre sur laquelle il vivait était en très bonne santé.

 

Pourtant, un jour… hier par exemple…  il neigea très fort sur le territoire du monstre. Et il fit très froid, extrêmement glacial,  moins quarante  : genre, tu mets les pieds dehors et tu te transformes instantanément en statue de glace. Le gros monstre Trump grogna alors très fort:

«Pff, il fait tellement froid, on n’a qu’à utiliser ce bon vieux réchauffement climatique pour faire augmenter les températures !»

Tout le  monde savait que le monstre orange était un peu toc-toc, mais là, c’était encore un argument en plus pour le caser dans les monstrueux débilos. De nombreux scientifiques très renommés ont alors rugi pour lui  clouer sa bouche en forme de donut. Malheureusement, Trump n’a même pas été touché et il a réussi à leur échapper, encore une fois. Il s’est cloitré dans sa caverne dorée et impossible de l’atteindre.

 

Pourtant, si on pouvait le pousser à aller dehors, par moins quarante, ce serait pas mal qu’il se change en statue de glace. Le truc avec les statues, c’est que même si elles sont parfois très moches, au moins, elles ne peuvent ni penser, ni grogner des tonnes de bêtises.

Texte: Caroline

Far Cry 5 versus les nationalistes américains

31 mai 2017

La nouvelle mouture du jeu vidéo Far Cry 5 a fait bondir les suprématistes blancs américains. Ils se disent moqués, caricaturés et définis comme des « méchants ».

 

L'éditeur Ubisoft a dévoilé tout récemment l'histoire et les personnages principaux de son jeu. L'action se déroule dans le Montana aux États-Unis où le héros est persécuté par une secte de fondamentalistes. Avec des armes de tout genre, il va tenter de s'en sortir et du coup, buter plein de nationalistes blancs américains.

 

Polémique chez l'extrême-droite américaine

Une des grandes figures de l'alt-right américaine, Paul Ray Ramsey s'est insurgé contre le jeu.

ramsey2

Une pétition pour situer le jeu au Canada

Une pétition circule aussi sur le net, même si on peut douter de son authenticité. Elle demande à Ubisoft de situer l’histoire au Canada ou carrément annuler le jeu.

L’éditeur a répondu. Pour lui, le jeu reste une fiction qui s’inspire du monde réel et surtout pensé pour immerger les joueurs dans un scénario plausible. C'est loin d'être bête.  Par exemple une milice armée avait occupé un bâtiment fédéral dans l’Oregon l'année dernière. Leur chef avait déclaré l’avoir fait après avoir reçu un « message divin ».

En tout cas, le véritable tour de force de Far Cry 5, c’est de faire en sorte que les nationalistes demandent plus de diversité dans les jeux-vidéo.

Un logiciel pourra voler votre voix

26 avril 2017

Votre voix ne vous appartient bientôt plus, et c'est la faute à Lyrebird, un logiciel de synthèse vocal canadien. Il est encore en développement, mais la start-up du même nom a sorti une démo il y a quelques jours. Avec juste 1 minute de discours, le logiciel arrive à copier une voix et peut faire dire n'importe quoi.

Pour son grand test, la boîte a créé une conversation entre Barack Obama et Donald Trump

 Ils discutent du logiciel, alors qu'ils n'ont jamais prononcé ces paroles. On sent le côté « robotique », mais ce qui est impressionnant, c'est que le ton et l'intonation des présidents sont exactement les mêmes que dans leurs discours. Lyrebird permet aussi de jouer sur les émotions dans la voix copiée. On peut rendre la voix colérique, sympathique ou stressée.

Une boîte de Pandore pour les fake news

A l'heure des fake news et des montages photos, on peut se demander si Lyrebird a bien réfléchi à l'utilisation de son invention.  Pour la boîte québecoise, son logiciel fait prendre conscience à tout le monde qu'une voix peut être fausse. Elle n'a pas tort, mais c'est quand même elle qui rend la copie de voix possible.

Son but est de vendre le logiciel pour des dessins animés, pour redonner une voix aux muets ou encore utiliser des voix de célébrités dans les GPS. Attention quand vous serez en voiture, guidés par la douce voix de Donald Trump, qui hurlera: « le mur! »

 

Plus d'articles