Une transe façon Pandour

23 octobre 2017

L’année dernière, les fribourgeois de Pandour ont mis en liberté leur premier album sur le label Cheptel Records.

Ursa Minor c’est la promesse d’une musique à écouter l’après-midi prélassé sur un canapé.

C’est un son calme, mais qui n’est jamais ennuyeux. Cela tient sans doute à la composition du groupe, deux artisans du son électronique et deux guitaristes.

Un mélange électro-instrumental qui nous fait nous demander comment ça se passe lors de la composition des morceaux. C’est Simon Moser, un des guitaristes qui nous répond.

 

 

Il suffit d’écouter quelques titres de Pandour pour se rendre compte que les influences musicales sont diverses et variées.

Simon nous explique que chacun amène ses goûts et ses écoutes du moment dans le travail de Pandour.

 

«j’écoute des trucs un peu tout doux »

 

La musique de Pandour a sa place en fin de soirée devant un public qui a déjà transpiré son énergie, mais aussi dans les après-midi d’été pour entrer dans une transe psychédélique. On a demandé à Simon quel est pour lui le meilleur moment pour s’adonner à l’écoute de Pandour.

 

 

Les fribourgeois de Pandour, un groupe à écouter et ré-écouter