«Je suis fou du son et je me fous du son»

15 octobre 2018

La quarantaine fraîche et fringante, ça fait 17 ans que Thibault Walter, le co-directeur du LUFF (Lausanne Underground Film & Music Festival), travaille à la programmation musicale du festival.  Entre ses recherches en études culturelles du son, son travail sur les troubles de la perception de la musique, l’édition d’artistes sonores (Rip on/off), les cours de musique expérimentale et ses propres projets musicaux,  la vie de Thibault Walter s’organise autour du son. Si vous voulez savoir ce qu’est l’amusie, pourquoi un concert est conçu comme un dispositif totalitaire, ce qu’il ne faut pas manquer au LUFF cette année et pourquoi Jean-Jacques Goldman a changé sa vie, l’interview de Thibault Walter, c’est juste ici, dans Engrenage.

«Le silence est un argument publicitaire très puissant. Dès qu’on parle de silence, dès qu’on mobilise cette notion, c’est qu’on a envie de dire autre chose.»