Laurent Güdel, le grand écouteur

11 mai 2019

Comment est-ce qu’on écoute les sons ? À travers différents supports (téléphone, radio, enregistrements, live…), comment notre perception du son, et finalement, notre comportement se modifient-t-ils ? Faut-il qu’un son soit entendu pour exister ? L’écoute, c’est le fil rouge qui jalonne les travaux de l’artiste sonore Laurent Güdel. Musicien, graphiste, plasticien, Laurent s’intéresse à toutes les étapes de la chaîne du son : depuis qu’il est émis, enregistré, transformé, diffusé et écouté. Qu’il s’agisse de la voix humaine, d’abeilles qui bourdonnent ou de synthés modulaires,  Laurent matérialise le son sur différents supports : livres, vidéos, installations, enregistrements, …

«J’aimerais bien faire un disque avec un enregistrement des silences dans des endroits où on est censé jouer de la musique.»

Dans Engrenage, Laurent nous parle notamment de ses dernières résidences à Bruxelles et à Stockholm, comment les synthés modulaires l’ont fait tomber amoureux de toutes ces questions liées au son, et finalement d’Action directe/Discours indirect, un film qu’il a réalisé sans images, à base de vieux enregistements, et qui raconte l’histoire d’anarcho-syndicalistes genevois dans l’entre-deux-guerres.