La librairie qui privilégie « les mauvais genres »

4 mars 2019

Planquée derrière l’église à la Rue des Terreaux 18bis à Lausanne, la librairie indépendante HumuS est gérée depuis de nombreuses années par Michel Pennec. Spécialisée tout d’abord dans l’érotisme, Michel élargit son spectre en y proposant des références dans les domaines du Japon, de l’art, de l’humour, du graphisme subversif ou de la BD. Mais HumuS, c’est aussi une galerie, une maison d’édition et une salle de concerts. Pour l’occasion, Michel accueille Engrenage chez lui, dans sa tanière. Il confie son amour du Japon et des contre-cultures musicales. Il nous raconte également son entrée dans le métier ainsi que la liberté et les contraintes relatives à la gestion d’une librairie indépendante aujourd’hui en Suisse.

«L’effet ’50 nuances de grey’ a quasiment tué la littérature érotique. (…) De plus en plus, les gens sont de moins en moins curieux.»

Présent à la librairie à l’occasion de son vernissage, on a demandé à l’artiste-écrivain-performer français Jean-Louis Costes de nous parler de la librairie HumuS, et de Michel, son taulier.

«C’est pas parce qu’on est passionné par les trucs dingues qu’on doit être dingue. (…) Michel est raisonnable tout en étant au top dans sa passion.»