«Je crée de la musique comme je peins un tableau»

18 février 2019

Metzger & Bauer, Al-Sarwib, Dolphin Flight, Fabrice Pittet est le batteur-chanteur d’une ribambelle de groupes biennois. Dans Engrenage, il nous parle avant tout d’Amorce, le projet de dark abstract hip-hop qu’il a fondé l’année dernière avec six de ses potes. Un rêve d’enfant matérialisé en histoire d’amour à plusieurs avec des forêts qui brûlent, des cymbales qui piquent les yeux, des saxos et des clarinettes démoniaques. En novembre, ils sortent Capella/Bête Patiente, un double album digital.

Entre dextérité articulaire, rythmes asymétriques, combats artistiques, indépendance et liberté sans concession, Fabrice Pittet est un poulpe à 15 tentacules dispersé et super inspiré.

«J’avais ce rêve d’être sur une scène avec des rappeurs qui parlent au public, pas juste des musiciens qui gratouillent dans leur coin… comme un témoignage d’individus de notre société en Suisse.»