La chasse à la clope se poursuit en Suisse

28 août 2019

Depuis le 1er juin 2019, les CFF interdisent progressivement de fumer dans les gares de Suisse hors des espaces délimités pour cela. Le ton se durcit toujours un peu plus vis-à-vis des fumeurs. Avis de citoyens sur cette mesure.

Récapitulatif de la situation en Romandie

Le 1er mai 2010, c’est l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur la protection contre le tabagisme passif. Elle interdit de fumer dans les espaces publics fermés. Une loi plutôt libérale, qui autorise par exemple des établissements publics fumeurs si ceux-ci sont désignés comme tels, font jusqu’à 80 m², possèdent un système de ventilation aux normes et emploient des personnes dont le contrat stipule qu’elles acceptent d’y travailler. Les cantons ont ensuite le choix de prendre des dispositions plus strictes.

En Suisse romande, Genève, Vaud, Neuchâtel et Fribourg sont très restrictifs et vont tous plus loin que la loi fédérale. Berne autorise le service dans les fumoirs. Seul le Jura s’en est tenu à loi fédérale et fait figure d’exception.

Jeter son mégot sur le sol, un délit

En 2018, près de 300 amendes ont été distribuées à Genève, où jeter son mégot sur le sol est considéré comme une infraction. La peine ? Un simple rappel à l’ordre, ou  250 CHF d’amende. Villes et cantons suisses sont libres de mettre en place leurs propres lois en matière de littering, alias l’abandon sauvage de déchets.

À l’autre bout de la Suisse romande, on n’en est pas encore là, mais on y vient. Interview avec Roland Moritz, le commissaire de la municipalité de Delémont. On lui a demandé ce qu’on risque aujourd’hui si on jette un mégot sur le sol dans la capitale jurassienne.