Le Sonar de Zdar

21 juin 2019

Phillipe Zdar est mort mercredi 19 juin, des suites d’une chute d’un immeuble parisien. Deux jours plus tard, c’est la sortie de Dreems, le 5e album de Cassius, duo que Zdar formait avec Hubert Blanc-Francard.

Sonar rend hommage à ce musicien et producteur incroyable, qui a notamment collaboré avec MC Solaar, The Rapture, Cat Power, les Beastie Boys ou encore Sébastien Tellier sur le morceau La Ritournelle.

En 1990, Philippe Zdar produit Bouge de là de MC Solaar. C’est lui qui a l’idée du tambourin et qui propose de mettre en avant la basse et la batterie. Il travaillera sur les quatre premiers albums du rappeur.

Les années hip-hop

Lorsque Philippe Zdar rencontre Hubert Blanc-Francard, ils forment La Funk Mob et réalisent quelques remix. Pour MC Solaar, mais aussi pour Bomb The Bass. Plus tard, La Funk Mob mettra les beats hip-hop de côté pour se tourner vers la house et devenir le duo Cassius.

Mais juste avant, Philippe Zdar aura le temps de lancer un nouveau projet avec Étienne de Crecy. Au début des années 90, ce duo d’ingénieurs du son se rend à sa première rave. C’est une claque monumentale. Pour Philipp Zdar, c’est «la seule révolution de sa vie». Il entend cette musique comme le jazz du futur et décide très rapidement d’enregistrer des morceaux house avec Étienne de Crecy sous le pseudo de Motorbass. Le disque Pansoul sort en 1996 et mélange hip-hop instrumental et house. L’aventure ne dure pas, Étienne de Crécy se consacre à son projet Super Discount et Philippe Zdar se lance dans l’aventure Cassius.

La Zdar touch

Cassius sort trois albums entre 1999 et 2006 : 1999, Au Rêve et 15 Again. Très différents les uns des autres, ils ont peut-être comme point commun cette tendance à osciller entre mainstream et underground.

Lorsque Philippe Zdar met Cassius en pause, il se réfugie en studio pour produire d’autres artistes. Il travaille notamment sur plusieurs albums du groupe Phoenix, dont l’excellent Wolfgang Amadeus Phoenix, disque qui remportera le Grammy Award du meilleur album de musique alternative en 2010. Si le groupe reste très indépendant en terme de production et n’attend aucune directive de Philippe Zdar en studio, c’est pourtant lui qui les aidera à finaliser l’enregistrement de Lisztomania, qui posait problème au groupe.

La même année, Cassius sample Sandra Richardson et sort I <3 U SO : son fou et production au sommet pour le duo français.

« Ils étaient le lion, j’étais le dompteur »

En 2011, Philippe Zdar produit l’album In The Grace of Your love de The Rapture. Une expérience très différente de celle vécue avec Phoenix, puisque, dans la plus pure tradition américaine, les membres du groupe attendent des directives très précises de leur producteur. «Ce jour-là j’ai appris que The Rapture c’était le lion et moi j’étais le dompteur».

Philippe Zdar est ensuite contacté par les Beastie Boys. Les trois rappeurs de Brooklyn lui demandent de produire leur nouvel album à New York. Un véritable conte de fée pour Zdar, fan des Beastie Boys depuis l’adolescence.

A la vie, à la mort

Humble, boute-en-train et jusqu’au-boutiste, Philippe Zdar était un producteur caméléon qui a permis à de nombreux artistes (Franz Ferdinand, Cat Power, Kindness) de donner le meilleur d’eux-mêmes en studio. Philippe Zdar était le magicien qui œuvrait dans l’ombre et donnait le dernier coup de baguette magique pour faire briller les morceaux et les rendre beaux, quoi qu’en fusse le prix. «Si je sens qu’il y a un truc qui va mal, je me battrai à la vie, à la mort pour le disque».