«Frissons», un film de confinement

7 avril 2020

En 1976, David Cronenberg réalise Frissons, un premier long métrage dérangeant et avant-gardiste. Hasard du calendrier, ce huis-clos infesté de parasites ressort en pleine période de coronavirus et de confinement.

 Les parasites du sexe

 Dans un complexe résidentiel de Montréal, le médecin Thomas Hobbes entreprend de remplacer les organes de ses patients par de petits parasites. Hélas, tout ne se passe pas comme prévu. Les parasites en question ont la particularité de transformer leurs hôtes en maniaques sexuels. Annabelle, la première patiente du docteur, ne tarde pas à propager l’épidémie dans son immeuble, qui se transforme alors en gigantesque lupanar.

Frissons

L’horreur à la sauce Cronenberg

Ce premier long métrage de David Cronenberg n’est pas exempt de défauts, et certains cadrages peuvent faire sourire. N’empêche que le film impressionne par son modernisme et son audace. Car contrairement aux films de l’époque, dans Frissons, le mal ne vient pas d’un univers parallèle : il contamine les protagonistes. Autrement dit, le gentil devient le méchant. Un changement de statut illustré par une transformation du corps : le parasite se déplace sous la peau des victimes, provoquant ainsi des ondulations et des déformations assez flippantes. Une idée reprise trois ans plus tard par un certain Ridley Scott pour son film Alien.

Envie de ken 

L’autre idée plutôt originale de Cronenberg est de ne pas faire mourir ses personnages. Une fois infestés, ils n’ont qu’une seule envie : s’envoyer en l’air avec le premier être humain à portée de main, ce qui permet au réalisateur de traiter de sujets tabous comme l’homosexualité, l’inceste ou encore les liaisons entre jeunes et vieux.

shivers1-e1465178697400

Sexe, virus et techno

Mais Frissons est plus qu’un film d’horreur novateur et dérangeant. C’est une œuvre qui fourmille d’idées, qui dévoile toutes les obsessions de son auteur et les sujets à venir dans ses prochains films : le sexe, la contamination, la technologie. 

Frissons (Shivers) de David Croneneberg sort le 26 mai 2020 chez ESC Distribution dans une édition Blu-ray très soignée avec de nombreux bonus, dont l’interview de Joe Blasco en charge des effets spéciaux. Interdit aux moins de 16 ans.

Crédits Images:
© 1975 Canadian Film Development Corporation
©1975 Téléfilm Canada
©2020 Lionsgate Entertainment Inc. Tous droits réservés.
©ESC Editions 2020.