Badaboum

A-Wa, trois sœurs pour réconcilier Israël et le monde arabe.

16 janvier 2018

Tair, Leron et Tagel Haim sont trois sœurs yéménites juives qui vivent en Israël. Avec le projet A-Wa, elles ont sorti un premier album en 2016 qui a apporté une énorme vague de fraîcheur dans le conflit au Moyen-Orient. Elles ont repris des chants traditionnels yéménites en arabe qui sont autant appréciés par la communauté arabophone du monde entier que par les israéliens.

GRRIF les a rencontrées lors de leur venue l'été passé au festival des Georges à Fribourg. L'occasion de parler avec elles de ce mélange des cultures et de leurs projets d'avenir.

Lire la suite

SANDOR chante Lhasa

16 janvier 2018

Vendredi dernier, la chanteuse et musicienne romande SANDOR sortait un tout nouvel EP 2 titres : SANDOR chante Lhasa. Un disque qui propose une libre interprétation de 2 compositions originales de la grande chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela.

«Pour moi, ce disque est une manière de rendre hommage à Lhasa» SANDOR

Pour en savoir un peu plus sur cette nouvelle galette, on a passé un coup de fil à la principale intéressée et on lui a tout d’abord demandé de nous rafraîchir la mémoire en ce qui concerne cette fameuse Lhasa de Sela.

La passion du son

29 novembre 2017

Badaboum est parti à la rencontre d'un accro aux sons.

Sylvain Ehinger a de nombreux projets musicaux, on peut citer Xewin ou encore The Shamanics. Il touche à tous les aspects de la musique; la scène,  le mastering dans son studio de Pixelgroove ou encore le bricolage d'objets sonores.

C'est ce dernier aspect qui nous intéresse aujourd'hui. Entre la restauration d'un ancien graveur de vinyles et la création de son blue grid, on suit Sylvain sur son terrain.

visite des coulisses de Fri-Son

19 octobre 2017

Julia travaille à Fri-Son depuis plus de 4 ans et c'est tout naturellement que la salle de concert fribourgeoise est devenue son second chez-soi.  Le temps d'un après-midi, Julia nous guide dans trois lieux de Fri-Son qui raconte des histoires.

Pour le premier endroit, on prend de la hauteur.

La suite de notre visite nous mène dans la cuisine, le coeur de Fri-Son. Selon Julia, c'est un lieu de réunion informel parfait pour développer de nouveaux projets en équipe. Et pour elle, quelle a été la plus belle idée qu'elle ait eu dans cet endroit?

On termine la visite avec le couloir que les artistes traversent avant de monter sur scène.

«jusqu'ici, les artistes sont juste des personnes»

Les histoires des artistes hantent la salle de concert du Fri-Son à Fribourg. Et, c'est au travers de la parole des gens qui y travaillent que les anecdotes se transmettent. Les portes se referment sur cette visite des coulisses.

IMG_1285

Warhaus, un projet solo qui cache un duo

18 octobre 2017

Deux albums en à peine plus d'une année… le moins que l'on puisse dire, c'est que Warhaus sait se montrer productif.

 Warhaus, c'est le nom du projet solo de Maarten Devoldere, l'un des deux leaders du groupe Balthazar. Ça fait tout juste un an que la formation belge s'est officiellement mise en pause ; et Maarten a sorti vendredi dernier son deuxième disque solo, simplement intitulé « Warhaus ».

GRRIF vous en propose un premier extrait, « Love's a stranger », depuis quelques semaines déjà.

On a écouté le reste de l'album, et on vous livre nos impressions…

Voici, en version audio, un extrait de ce nouvel album de Warhaus : « Dangerous », qui illustre bien l'alchimie entre les voix de Sylvie Kreusch et de Maarten Devoldere.

L’Ouï avec Camille

12 septembre 2017

La chanteuse Camille est en tournée actuellement pour présenter son dernier album, Ouï. GRRIF a profité de son passage à Paléo pour papoter un peu avec elle dans sa loge.

Des tisanes infusent sur la table à côté d’une casserole où baignent des œufs durs, on se déchausse avant d’entrer, la communion opère…

La tête dans les vinyles au Port Franc

12 septembre 2017

Dimanche après-midi. Il fait beau, le soleil lèche doucement les visages. Un moment parfait pour flâner et découvrir de nouvelles choses.

 

Badaboum, l'émission musicale de l'animation vous emmène au Port Franc à Sion. La salle de concert organisait sa première bourse aux disques dimanche 10 septembre. Une façon de faire débuter la saison du club valaisan en douceur.

 

GRRIF a mis son nez dans les caisses chargées de vinyles.  On y trouve des trésors de tout genre, des pépites qui font le bonheur des visiteurs de cette bourse aux disques.

«Il va peut-être croire que c'est un frisbee dans une pochette en carton»

Certains repartent avec les Clash sous le bras, d'autres préfèrent Gainsbourg, mais tous on passé un dimanche de détente.

21616623_10214167328528307_436711953_o

Les fabuleuses Aventures de Shake It Maschine à la Red Bull Academy

20 juin 2017

Dj et producteur chaux-de-fonnier, Shake it Maschine était à Montréal l'an passé pour faire du son avec des dizaines d'autres artistes du monde entier dans le cadre de la Red Bull Academy.

Il est venu nous raconter son périple et comment on ressort d'un fricotage avec la machinerie gigantesque du géant de la boisson nucléaire.

On en a profité pour célébrer aussi les 50ans de la sortie du morceau All you need is love des Beatles et découvrir La Cabane de Baldwin, groupe genevois en pleine pendaison de crémaillère.

Lire la suite

Jeff Buckley décédait il y a 20 ans, noyé dans la Wolf River

26 mai 2017

Le 29 mai 1997, Jeff Buckley disparaît dans les eaux boueuses de la Wolf River, affluent du Mississippi, après le passage d'un bateau à aubes. Le chanteur vient de plonger tout habillé en chantant Whole Lotta Love de Led Zeppelin à tue-tête. Sa dépouille est retrouvée six jours plus tard. L'autopsie confirme la noyade accidentelle. Jeff Buckley est mort à l'âge de 30 ans, en laissant à la postérité un unique album, Grace, paru en 1994.

Une année faste pour l'industrie du disque : Portishead sort Dummy ; Blur, Parklife ; et Soundgarden son fameux Black Hole Sun. Au milieu de tout ça, le premier album de Jeff Buckley est un ovni.

« Jeff Buckley est mort à l'âge de 30 ans, en laissant à la postérité un unique album, Grace, paru en 1994. »

Grace est un disque lyrique, romantique, aux arrangements baroques. Jeff Buckley y chante comme une femme, passant des aigus aux graves comme un chanteur d’opéra : sa voix couvrait quatre octaves. Un album délicat, aussi, qui mélange compositions originales et reprises bien senties. Comme le standard du jazz Lilac Wine, que Nina Simone avait rendu célèbre.

Et si Grace ne fait pas tout de suite l’unanimité dans les charts, il finira par s’imposer comme un des disques les plus importants des années 90, adoubé par David Bowie qui le considère comme le meilleur album jamais enregistré. Dessus, on retrouve la mythique reprise d’Hallelujah, titre de Leonard Cohen, sorti en 1982 et passé complètement inaperçu à l’époque. En se l’appropriant, Jeff Buckley en a fait un tube.

« Grace finira par s’imposer comme un des disques les plus importants des années 90, adoubé par David Bowie qui le considère comme le meilleur album jamais enregistré. »

La carrière de Jeff Buckley avait commencé alors qu’il écumait les bars en rendant hommage à son père, le chanteur Tim Buckley, musicien folk plutôt raté qui n’a jamais connu son fils. Il l’avait pourtant précédé dans la tragédie, en décédant à l’âge de 28 ans d’une overdose, c'était en 1975. Ironie du sort, c’est le succès de Jeff Buckley qui a lancé la carrière de son père : Tim Buckley vendra pas mal de disques dans les années 90, touché, a posteriori, par la grâce d’un album qui, loin des canons pop de l’époque, portait si bien son nom.

Plus d'articles