Les Fables de l’Olympe n°4 : La faute à Stan.

2 août 2012

En tennis, les champions olympiques en titre se sont fait éliminer hier soir. Il s'agissait, et c'est assez rare pour le mentionner, d'une paire suisse. Ce qui signifie qu'à Pékin la Suisse avait remporté au moins une médaille. La paire,  composée de Roger Federer et de Stanislas Wawrinka a perdu 1-6, 7-6, 6-3. Voilà le verdict de cette expérience olympique face à la paire israélienne Jonathan Erlich / Andy Ram.

La Suisse aurait donc des chances de revenir de Londres sans la moindre médaille, voilà qui serait un véritable exploit sportif. Mais c'est sans compter la hargne de Roger Federer qui s'est qualifié hier pour les quarts de final en simple.

Roger Federer, la réussite incarnée, se soumettait à l'interview.

L’horlogerie: technique, histoire et marchés financiers

1 août 2012


L'horlogerie, symbole helvétique au même titre que les couteaux. Mais ça n'a pas toujours été le cas.

La montre: valeur refuge et actif tangible. Un objet d'investissement très couru

L'horloge, une invention médiévale

Les premières horloges mécaniques apparaissent au XIVe siècle. Evidemment, vu l'époque, elles sont créées pour des objectifs louables. Elles servent à agiter les clochers à heure fixe. Au début, elles n'ont pas de cadran et, lorsqu'elles en auront un, au XVe siècle, on n'y verra que l'aiguille des heuresâ… Faut pas aller trop vite, on a tout le temps.

Ces premières horloges de la fin du Moyen Âge n'ont rien à voir avec la Rolex que vous portez sans doute autour de votre poignet, pour autant que vous n'ayez pas complètement raté votre vie. Le principe mécanique et moyenâgeux est le suivant : un poids qui fait office de moteur et qui entraîne un train d'engrenage, un engrenage qui fait finalement tourner les aiguilles. Magie. Ensuite, tout est dans le réglage. Mieux vaut avoir du doigté sinon les cloches de Monsieur le sonneur de cloches sonnent au milieu de la nuit. Ça le réveille et ça peut même le rendre maussade.

Mais qu'est-ce qui différencie cette trouvaille du XIVe siècle pour sonneurs de cloches fainéants d'une horloge digne de ce nom ? Accrochez-vous au bracelet de votre Swatch, on entre dans les détails techniques.

C'est l'échappement qui transforme un simple engrenage en une véritable horloge. L'échappement, et celui-là ne pollue pas, c'est ce qui permet de libérer le poids puis de le bloquer, de manière alternative. Pour cela, il faut inventer un mécanisme oscillant. On voit apparaître ce qui ressemblera plus tard à un balancier. Pour en voir un vrai qui fonctionne, il faudra toutefois attendre deux bons gros siècles avec quelques essais et presque autant d'erreurs.

Les Fables de l’Olympe n° 2 : Les arrts.

31 juillet 2012

Les artistes ayant participé vendredi à la cérémonie d'ouverture l'ont fait pour une seule et symbolique livre sterling. Paul McCartney, et ceux qui sont passés au milieu du stade avant lui, auraient donc généreusement donné de leur personne pour que la fête soit plus belle, c'est ce qu'indique le Sunday Times.

Un autre artiste a aussi donné de sa personne pour la beauté spectacle mais celui-ci n'a pas été remercié. Dimanche, le joueur de football suisse Michel Morganella faisait un formidable numéro d'acteur en simulant une faute face à la Corée du Sud. Juste après, il exposait sa plus belle poésie sur Twitter.

Park Chu-Young, le joueur sud-coréen averti pour une faute imaginaire, s'exprimait sur l'art :

Vas jouer dehors au lieu de rester croché sur ton ordinateur!

31 juillet 2012

Video games

Hyst-orique

Les jeux vidéo, c'est un peu comme l'humanité. On ne sait pas tellement quand ça a commencé et on ne sait pas comment ça va finir.

Les débuts des jeux vidéo, c'est comme l'image qu'ils projettent sur les premiers écrans, c'est un peu flou. Les avis divergent. Serait-ce dans les années 1950 avec les idées de premières consoles de Ralph Baer, un américain pionnier en la matière? Ou plutôt en 1952 avec OXO, le premier jeu graphique fonctionnant sur un ordinateur? Ou alors en 1958 avec Tennis for Two, un jeu géré par un petit calculateur analogique?

Et bien, c'est 1962 et l'apparition du jeu Spacewar qui met d'accord la plupart des spécialistes pour désigner la naissance des jeux vidéo. Par contre, il faudra attendre 1972 et Pong pour accrocher la manche du grand public.

Pong, une balle et deux petites barres qui lancent ce qu'on appelle l'industrie vidéoludique. Une industrie qui explosera aux Etats-Unis jusqu'en 1983 où elle krache et migre vers le Japon. Puis, il y a Super Mario Bross en 1985 qui popularise à vitesse grand V les jeux vidéo et qui donne un second souffle à cette industrie.

Depuis 2002, le chiffre d'affaire lié aux jeux vidéo dépasse celui réalisé par l'industrie du cinéma. Selon de joyeuses et alléchantes estimations, les consommateurs de ce monde devraient dépenser 2100 milliards de dollars en loisirs numérique en 2012. Et la tendance continue. On attend une augmentation de 130 milliards de dollars de plus par an pour les prochaines années.

Evidemment, les services mobiles représentent une part importante du marché. Tout cela à cause de votre téléphone portable. S'il vous remplit la poche droite, votre téléphone portable et vos achats d'applications semblent vous vider la poche gauche. C'est ce qu'on appelle le jeu de l'équilibre des marchés.

Game Over

Top 10 des meilleures ventes

Breivik et les jeux vidéos

Art du 21ème siècle?

Le jeu vidéo est-il l'art du 21ème siècle?

Une question légitime mais à laquelle les conventions n'ont pas encore répondu. On vous propose de lire l'article de SLATE.FR ci-dessous. Il est super.

Le dernier Batman : ultime

30 juillet 2012

batman rises

Ancré dans la réalité, Batman n'est plus un super-héros mais un personnage qui s'inscrit dans une vision nouvelle du justicier milliardaire dictée par son réalisateur, Christopher Nolan. Dans The Dark Knight Rises, le super-héros n'est pas devant, mais derrière la caméra.

Fabrice Aeby

Les baskets. Mais d’où viennent ces choses qui vous vont comme un gant?

30 juillet 2012

l'Histoire des baskets :

1868 : la Candde Manufacturing Co fabrique la première chaussure de sport. Elle est en toile. Les semelles, c'est du caoutchouc. Elles sont faites via le même procédé que celui qui permet de fabriquer des pneus : la vulcanisation, inventée par Charles Goodyear.

Dès ce moment, tout va très vite. Chaque marque va essayer de créer LA chaussure de sport qui va révolutionner le monde.

1890 : William Foster lance les premières chaussures à pointes, elles sont spécialement conçues pour la course à pied. C'est le début de Reebok.

1906 : création de la société New Balance. C'est elle qui développe la première chaussure qui soutient la voûte plantaire. Une avancée de taille !

1908 : les basketteurs disent merci à leur bienfaiteur. Le Marquis de Converse élabore la première basket montante après s'être tordu la cheville. 

1948 : l'ère d'Adi et Rodolphe Dassler, deux frères fabriquants de pantoufles qui se séparent après une grosse dispute. Chacun va créer sa propre marque, Adidas et Puma.

1979 : révolution ! C'est l'arrivée de la fameuse chaussure à coussin d'air qu'on a tous connue ou portée, la Nike Air, de la non moins célèbre marque crée en 1972.

l'Adidas Stan Smith, une basket mythique.

Les Fables de l’Olympe n° 1 : Les Trribunes

30 juillet 2012

Scandale !

La billetterie des Jeux Olympiques de Londres est accusée d'une double magouille. D'une part, des sièges restent vides dans bons nombres de compétitions alors qu'il est impossible pour le commun des mortels de se trouver des billets à des prix raisonnables. Au lieu de ça et pour remplir les trous des tribunes, des militaires et des étudiants auraient été sommés de remplir les rangs. D'autre part, Scotland Yard a ouvert une enquête concernant une affaire de trafic de billets. Des membres des comités nationaux olympiques auraient été filmés en train de vendre des billets bien placés, parfois jusqu'à dix fois leur valeur. Pour y voir plus clair, Scotland Yard a lancé son opération : l'Opération Podium, une opération qui aurait des répercussions jusque sur les sportifs.

Le tennisman suisse Stanislas Wawrinka en est la première victime.

Electrro bien cette histoirre musicale !

27 juillet 2012


 On remet ses jeans fluo et son bandana orange, retour sur le mouvement électro et sur ces folles années ou elle commençait enfin à devenir un électron libre !

Vous avez dit electro ?

La musique électronique n'est pas née sur une scène, ni sur ton IPod mais bel et bien dans un orchestre. À la fin du XIXème siècle, l'électricité est presque maîtrisée. On a envie de l'utiliser pour élargir le champ des sonorités.  Alexander Graham Bell, l'inventeur du téléphone, lâche une minute le combiné pour inventer en vitesse une harpe électrique. On est en 1876. Les objets sont encombrants mais si on parvient à les tenir entre les mains, on tient là les débuts des expérimentations musicales électroniques.

Ensuite arrive le temps des expérimentations en tout genre. Pour ça, les musiciens investissent les laboratoires de musique autant que les studios radios. Ils s'installent tellement bien que les anciens locataires s'en vont. Les premiers studios d'enregistrement de musique électronique sont ainsi créés. Dès le début de la musique électronique, les compositeurs se prennent au jeu des nouveaux codes d'écriture. Ils n'ont plus affaire au rendu final livré par l'instrument, on accorde donc plus d'importance à l'effet voulu qu'à la source instrumentale. En plus d'être le champ de nouvelles sonorités, l'électro, aidé par l'air frais des années 1950 devient le champ des possibles. Cette nouvelle forme d'expression est extrêmement libre.

L'air des années 1960 continue de sentir bon la liberté mais, en plus, il sent bon l'invention. Des recherches longues et tumultueuses aboutissent enfin et mènent les musiciens tout droit vers le bonheur : un bonheur nommé synthétiseur. L'idée de l'époque est de construire une boîte noire qui serait la palette du compositeur à la maison. Ce n'est pas un instrument de musique mais cela permet des modulations… C'est une batterie de modules que chacun  peut assembler, une sorte de jeu Lego pour les grands.

C'est vrai que la musique électronique, c'est comme les Lego, ça se popularise. Même si l'électro est né dans les milieux de la musique savante, elle a rapidement rencontré le vrai peuple, notamment grâce à la télévision. Au début des années 1960, la série Docteur Who étale sa science-fiction à toute la Grande-Bretagne. La bande-son sort tout droit d'un synthétiseur. Toujours en Angleterre, George Harrison l'utilise également pour Abbey Road. On est en 1969 et les synthés envoient les auditeurs sur la lune. Depuis, on y est resté.

Mais je veux la suite de l'histoire ! elle est…..ha la voilà !

Et daft punk dans tout ça ! Eh bien il da funk pas mal !

Enorrmément d’arrgent

27 juillet 2012

DEAP VALLYDeap Vally

Les demoiselles de Deap Vally auront bientôt les poches pleines avec leur tube Gonna Make My Own Money. Rock outrageusement sale, et cordes vocales déchirées au tesson de bouteille. En playlist dès lundi sur GRRIF. // Ne manquez pas non plus le groove électronique d'Electric Guest, la pop rêveuse de Timid Tiger, le duo mort-vivant composé par Amy Winehouse et Nas, la douceur d'Edward Sharpe & The Magnetic Zeros, le groove mélodieux de Champagne Champagne, le flow posé de Kero One, et la pop sifflante de Great Mountain Fire. Mention spéciale à l'OVNI de la semaine : Marijuana de Chrome Sparks.

Fabrice Aeby

Deap Vally

Gonna Make My Own Money

Electric Guest

Jenny

Timid Tiger

Hangin' in the Sun

Nas & Amy Winehouse

Cherry Wine

Edward Sharpe and the Magnetic Zeros

Dear Believer

Champagne Champagne

Hollywood Shampoo

Kero One & Suhn

What Am I Supposed to Do ?

Great Mountain Fire

Late Lights

Chrome Sparks

Marijuana