Betty Bossi, de toutes les femmes tu es l’amie.

23 juillet 2012

Betty Bossi

Betty Bossi, une effigie qui brave les années un fouet à la main. Plus de cinquante ans derrière les fourneaux et pas une seule ridule. On la pommadait aujourd'hui dans « Comme si je savais pas ».

Betty, réponds à la question !

On sait qu'on te dérange entre un roux blond et des blancs en neige mais réponds quand même à la question.

Betty Bossi

Derrière ce nom succulent se cachent des envies de profits…

…et les ménagères sont de très bonnes clientes.

1er avril 1956, c'est effectivement un jour de poisson que paraît le premier Journal Betty Bossi.

L'idée vient d'Emmi Creola Maag, une zurichoise responsable de faire de la publicité pour la margarine Astra. Le Courrier Betty Bossi est à l'origine gratuit et distribué dans les magasins d'alimentation helvétiques. Au début, le contenu est évidemment culinaire. On y apprend comment devenir un fin cordon bleu tout en gardant les cordons de la bourse bien serrés. Dans les débuts, on y découvre aussi des articles qui dissèquent les joies du tricot et de la couture. On y trouve des conseils éducatifs pour emmener sa petite famille tout droit vers le bonheur ou encore des coups de main pour planifier raisonnablement le budget du ménage. (Ça, c'est pour le bonheur du petit mari qui travaille fort pour que la famille ne manque de rien). Bref, des bons conseils vendus au kilos, on dirait presque les débuts d'un magazine rock'n'roll.

À la fin des années 1960, à l'époque où la France et quelques autres voisins goûtent au féminisme, la Suisse, elle, se contente de remanier son effigie. Betty Bossi connaît un seconde jeunesse et revêt un nouveau tablier.

On est en 1972. Betty Bossi se met à ressembler au journal que l'on connaît aujourd'hui. Voyant que c'est bien trop compliqué, le journal capitule et laisse tomber les chapitres de l'éducation, du bonheur familial, conjugal et tutti quanti, il se concentre sur la cuisine. Une leçon d'école ménagère qui se déguste désormais en 9 numéros par année.

En 1973, la sulfureuse Betty Bossi prend goût au pognon, la boîte comprend que vendre des journaux aux ménagères de Suisse, c'est bien mais qu'on peut aussi leur refourguer, de temps en temps, un livre avec à peu près les mêmes recettes dedans. Une couverture, une reliure en spirale, quelques recettes de choux à la crème et elle est belle. Les Pâtisseries est le titre du premier livre de Madame Bossi.

À ce jour, le livre des Pâtisseries a été rejoint par soixante autres bouquins à spirale. Pour les ranger, les gentils maris, qui manient évidemment la perceuse mieux que le batteur électrique, ont pu installer dans les cuisines des milliers d'étagères à poussière. Maintenant, quelle chance, le journal Betty Bossi ne paraît plus neuf mais dix fois par an. 900'000 foyers suisses ont par ailleurs la chance d'être bien nourris dès qu'il sorte le journal de la boîte aux lettres.

Depuis quelques années, Betty Bossi a fait comme tout le monde, elle s'est modernisée. Les ménagères les plus débrouillardes s'inspirent désormais sur www.bettybossi.ch et postent ensuite des photos de leur soufflé sur Facebook. Ah, que c'est bon d'être une femme moderneâ…. !

Betty Bossi, quand elle ne savait plus quoi inventer comme recette, a décidé de les vendre en barquettes.

Argent sale & pure musique

20 juillet 2012

antibalasAntibalas

Si ce week-end vous ne devez emporter avec vous qu'un seul morceau, qu'une seule rythmique, qu'une seule mélodie entêtante  et parfaite et groovante, ne vous creusez pas trop le citron. Dirty Money par Antibalas est ce que vous recherchez.

Fabrice Aeby

PastafaRRisme, avec un P comme tulipe.

20 juillet 2012

Aujourd'hui, dans « Comme si je savais pas », on s'est converti au pastafarisme. Une religion créée dans les années 2000 pour répondre au retour du créationnisme dans les cours de sciences du Kansas.


Si c'est pas une preuve que Dieu existe, ça…?

Aprrès ça, vous rretrouverrez la foi…

Quand Dieu prrend des allurres de Monstrre en spaghetti volant…

Une rreligion qui sorrt d'une théièrre ?

Le pastafarrisme sorrt tout drroit d'une théièrre : explication philosophique.

Le pastafarisme c'est simple, c'est comme la Théière de Russell.

C'est Bertrand Russell, un philosophe du début du XXème siècle, qui est l'auteur de cette analogie. Dans un article écrit au début des années 1950, Russell suggère qu'entre la Terre et Mars se trouve une théière de porcelaine qui tourne en orbite autour du soleil.

Avec une théorie pareille, Russell déclare que personne n'est capable de prouver le contraire, pour peu qu'on ait pris la peine de préciser que la théière est trop petite pour être détectée par le plus puissant des télescopes. Russell continue comme suit : cette proposition ne peut être réfutée, pourtant, personne n'y croit. Cependant, si l'existence de cette théière était décrite dans des livres anciens, enseignée comme une vérité sacrée tous les dimanches et inculquée aux enfants à l'école, alors on y croirait dur comme fer. On y croirait tellement que toute réticence à croire en LA Théière deviendrait un signe d'excentricité et vaudrait au sceptique les soins d'un bon psychiatre. Peut-être même d'un inquisiteur, suivant l'époque.

En 1950, les objectifs de Bertrand Russell sont assez semblables à ceux de Bobby Henderson dans les années 2000 avec l'invention du pastafarisme. Dans ce bas monde rempli de mortels, il semble que ce soit souvent aux sceptiques de réfuter les bases de la religion. Des bases forcément invérifiables (c'est un peu le propre d'une religion, on est bien d'accord). Ce que la théière et le monstre en spaghetti volant revendiquent, blagues mises à part, c'est que ce serait plutôt aux croyants de prouver la véracité de leur théorieâ…

Pour tout prophète, devoir prouver au lieu de pouvoir prêcher, c'est ce qu'on appelle le début des emmerdes.

DJ Set – Homo Electronicus

19 juillet 2012

Homo Electronicus

Deuxième fournée de chez PoomTshak : HOMO ELECTRONICUS

Cette fin de mois est entièrement consacrée au collectif PoomTshak. Des Neuchâtelois qui aiment faire saigner les caissons de basse.

Un duo de rude boy vient ouvrir un peu nos chakras. On reste dans des ambiances made in UK, mais à la D&B ultraprésente chez PoomTschak on ajoute une bonne pellée de Dubstep, Drumstep et autre Wobble funk tout aussi « deep dans ta gueule » les uns que les autres.

Beau mélange, massif et dansant, qui relance la théorie de l'évolution musicale. L'Homo Electronicus ne descend pas du singeâ… Il descend dans les bas-fonds anglais pour en sortir les dernières tendances « dubesques ».

La rencontre avec GRRIF

Tracklisting

La guerre du Faya – Reggae Dubstep

  • 1. Chasing Shadows – Red
  • 2. Flux Pavilion – Voscillate (Roksonix remix)
  • 3. The Prodigy – Thunder (Robzords remix)
  • 4. Radikal Guru – Champion Sound
  • 5. Boson – Bag O Wire
  • 6. Onlyjoe – Revolution (RSD remix)

Un petit pas pour l'Homo Electronicus – UK Funky

  • 7. Mr. Oizo – Flat Beat
  • 8. DJ Q – JD & Coke
  • 9. Cessa – Nameless
  • 10.XXXY – Everything
  • 11.Boddika – Acid Jackson

Silex Laser – Drum and Bass

  • 12. Sub Focus – Rock It
  • 13. Camo & Crooked – Breezeblock
  • 14. Emalkay feat. Rod Azlan – Flesh & Bone (Delta Heavy remix)
  • 15. Royalstone – All My Life (feat Mark Berry)
  • 16. Doctor P – Sweetshop (Friction vs Camo & Krooked Remix)

Darwin avait raison – Drumstep & Wobble Funk

  • 17. Stanton Warriors – Shoot Me Down (Sigma remix)
  • 18. Example – Midnight Run (Flux Pavilion remix)
  • 19. Defkline & Red Polo Vs Dancefloor Outlaws – Power Boots
  • 20. JFB feat. Mr Dero – Cantaloopoo
  • 21. Vent – Lunatics
  • 22. JFB – Social Know How

La vie après DjSet :

Prochaines sorties :

  • 7 septembre@ XXe (Fribourg)
  • 6 octobre @ SAS (Delémont)

Le miroir de l’âme

19 juillet 2012

John FruscianteJohn Frusciante qui fume une clope avec une guitare et un T-shirt bleu

John Frusciante, ex-guitariste des Red Hot, ex-tox, mais toujours auteur-compositeur-interprète-producteur revient avec un nouvel EP de 5 titres. Le morceau In Your Eyes fait son entrée dans la playlist de GRRIF. Une perle étrange et fragile. // D'autres perles sont à enfiler pour se faire un beau collier, en particulier celles des groupes The One AM Radio, The Soundtrack of Our Lives et Clock Opera.

Fabrice Aeby

John Frusciante

In Your Eyes

The Bewitched Hands

Boss

The One AM Radio

In a City Without Seasons

The Crookes

American Girls

The Soundtrack Of Our Lives

Throw It to the Universe

Clock Opera

Belongings

Concorde

Summerhouse

John Forte, Firehorse

Your Traveling Light

Sola Rosa, Iva Lamkum

Turn Around

We Barbarians

Stroke By Stroke

Oï ! Oï ! Oï ! … Oï !

19 juillet 2012

Punk is not dead
Punk is not dead

De la prremière crrête à aujourrd'hui !

«Dans l'histoire de l'humanité, trois questions demeurent à ce jour insoluble : que signifie le mystère de la Trinité ? Quelle était la position du ballon à la 102ème minute de la finale Angleterre-RFA ? Et qu'est-ce que le punk ?» C'est de cette manière que le site Topito a présenté son classement des dix meilleurs chansons punk, remporté par London Calling de The Clash, un des hymnes les plus connus du punk. Le texte de 1979 engagé parle de «cette beatlemania ringarde qui a mordu la poussière», en réaction à l'arrivée au pouvoir en Angleterre de Margaret Thatcher.

Le punk est né au milieu des années septante. Le genre musical est dérivé du rock. Après les œuvres très théâtrales et populaires de David Bowie et Pink Floyd, le punk est retourné aux sources du rock : brutal, basique, vif et écorché vif.

Les Ramones, les Sex Pistols, The Clash, ce sont les incarnations et les pionniers de la musique punk.

Le punk sous toutes ses facettes !

Mais ça veut dire quoi punk ? Le mot, aussi vieux que le whisky, était autrefois utilisé pour décrire «un jeune escroc, un gangster, un voyou ou un truand.» Et c'est en 1970 qu'apparaît pour la première fois le terme punk rock, dans le Chicago Tribune.

Dans les années 70, on s'ennuie. C'est la crise, le souffle retombe, plus aucun hippie ne croit à la paix dans le monde : alors les s'énervent, gueulent et se rebellent contre le système. Pas très original, mais le mouvement punk l'est par son style. Vestimentaire, capillaire, musical et anarchiste.

Parce que le punk, ce n'est pas qu'un genre musical, c'est aussi un mouvement social. Ouais mais qui est mort en trois secondes. L'épingle à nourrice, symbole du punk, est le sommet de la représentation du néant. Le punk est nihiliste, il dénigre tout, il nie sa propre existence. Il était donc mort d'avance. Encore plus avec son explosion médiatique en 1977.

Le punk, plus qu'une musique, une idéologie !

The RRamones – Blitzkrieg bop

Le prremier grroupe de punk de l'histoirre !

Ça tourne !

19 juillet 2012

Chimères

En plein tournage de son premier long-métrage Chimères, Olivier Béguin nous accorde une rapide interview dans l'émission Rien à Voir de GRRIF.

Fabrice Aeby

Le CoRRbusier, un mec des cités

18 juillet 2012

En plein amusement

Une grrande vieâ…

La guerre, le mouvement moderne

et le CoRRbusier qui flatte HitleRR dans le sens de la mèche

Le mouvement moderne, c'est un retour à un décor minimal, à des lignes géométriques pures et un espace fonctionnel plutôt que des fioritures.

Le mouvement apparaît durant la première moitié du vingtième siècle. Et la première moitié du vingtième siècle, si on peut lui trouver quelque chose de bien,  c'est qu'elle est propice à l'invention en matière d'architecture. Les deux Guerres passent par ici et par-là et rasent quelques vieux bâtiments, l'occasion de tout reconstruire en béton. C'est peut-être pour ça, se dit-on, que le Corbusier vouait une admiration presque sans borne à Hitler et Mussolini. Ces deux hommes ont donné bien du travail à Monsieur l'architecte et défriché un terrain de jeu gigantesque pour imaginer une nouvelle manière de construire et d'habiter. Par ailleurs, le Corbusier se trouvait des points communs avec Adolf Hitler. Dans une correspondance des années trente, il écrivait d'ailleurs ceci : «Hitler peut couronner sa vie par une oeuvre grandiose : l'aménagement de l'Europe » L'architecte chaux-de-fonnier était donc loin de s'imaginer qu'Hitler finirait sa vie dans un vulgaire bunker plutôt que dans un bâtiment imaginé par lui-même et son génie.

C'est un fait, en architecture, le mouvement moderne n'a donc jamais influencé les constructions militaires du début du siècle, pas plus d'ailleurs que la construction de logements privés. Par contre, le mouvement moderne devient dominant, dès les années 1930, lorsqu'il s'agit de construire des bâtiments institutionnels ou commerciaux. L'influence est longue et se perçoit jusque dans les années 1980. En gros, si l'on voulait sortir notre mauvaise langue, ce dont nous nous garderons, évidemment. On dirait qu'on doit au mouvement moderne la majorité des cubes et des tours en bétons défraichies qui ornent les boulevards des villes d'Europe.

L'Unité d'habitation, un concept orriginal du CoRRbusier

Mais aussi l'ancêtrre des cités de banlieues


On lui doit aussi cette idée-là

L’alterrmondialisme, un jourr, te sauverra

17 juillet 2012

Aujourd'hui, dans «Comme si je savais pas», on s'intéresse aux gens qui se plaignent tout le temps. On se penche sur le berceau des altermondialistes. On entend déjà les premiers hurlements.

Il était une fois l'alterrmondialismeâ…

Forrum mondialiste

Un petit discourrs trrouvé par terre

Mes bien chers frères et sœurs mondialistes,

Le monde va mal mais ce n'est pas notre faute ! C'est la faute des altermondialistes !

Ils n'arrêtent pas de se plaindre tout le temps pour un oui pour un non. J'aimerais leur rappeler que c'est eux les méchants.

Economiquement, ils sont pour le protectionnisme mais c'est une connerie. Au contraire, il devraient pour le libre-échange. C'est bien d'échanger et de faire du troc, non? Un peu comme le communisme, et le communisme c'est contre le capitalisme, non ? Et les pays pauvres ne souffrent pas de l'exploitation des pays riches, mais ils souffriraient si les barrières venaient à être fermées à l'exportation.

Et vas-y que je te sauve les animaux, les baleines les saumons et les thons rouges ! Ouais mais il faut savoir qu'on tue chaque année  une quantité précise de bêtes et, si je ne les mange pas, qui va les manger, hein ? C'est du gaspillage !

Et si on ne tue pas les baleines, les altermondialistes ne pourront plus se maquiller en noir car c'est avec de la graisse de baleine qu'on fait des cosmétiques.

Pour résumer, les altermondialistes ont plein d'idées mais aucune solution alors qu'ils arrêtent de nous les briser ! Qu'ils aillent vivre dans la forêt pour caresser les lièvres et bouffer des radis !

Et, s'ils ont peur que leurs enfants aient un mauvais avenir ? Eh bien, qu'ils n'en fassent pas. De toute façon  ils ne s'en occupent pas, ils préfèrent le plus souvent prendre des drogues. Oui, les altermondialistes sont des drogués !

Alors s'il vous plaît, mes bien chers frères et mes bien chers sœur, continuez de consommer ! Faites-nous confiance et, de toute façon, si on fait une connerie, on ne sera plus là pour voir les conséquences !

Merci !

…et deux indignés en Espagne

Plus d'articles