L’amour est dans la plalyist

2 avril 2015

BlundettoBlundetto

Restreindre Love Me de Blundetto exclusivement à la fonction de « bande-son parfaite de l’ét? serait dommage, tant la richesse de sa musique (intemporelle) s’inscrit dans quelque chose de plus universel. Bref, ça troue. // Sufjan Stevens sort un 7ème album studio qui mérite tous les superlatifs, en particulier lorsqu’on s’arrête sur Carrie & Lowell, réussite folk absolue. // Ils ont les cheveux longs et viennent d’Australie, mais plutôt que de faire les malins sur une planche de surf, les membres de Parcels font de la belle musique. A mi-chemin entre Metronomy et Sébastien Tellier. // Très à l’aise dans les musiques pop enjouées, We Are Match prouve qu’il peut aussi exceller dans des sonorités plus glaciales et sombres. // Ca faisait 9 ans qu’on attendait un nouvel album de Matthew Herbet. On commençait juste à douter de voir arriver un jour un disque long format. Strong vient mettre un terme à ces affreux soupçons. // Photay, le plus doué des jazzmen électroniques, continue de bousculer notre playist avec ces sons syncopés et remuants. // Lorsqu’un génie remixe des musiciens surdoués, cela donne : Kaleidoscope (Kaytranada’s flip) de Badbadnotgood. // Enfin, Moriarty revient avec Epitaph. Un album qui signe peut-être la mort des musiques blues (limite country) du groupe au profit de sonorités plus groovy. On prend ! Meilleur morceau : Reverse (Anger).

Fabrice