Article de l'auteur Léonie

Le boxeur contre la faucheuse

20 novembre 2017

Post mortem, notre rendez-vous mensuel avec la mort, a accueilli le boxeur et kickboxeur professionnel jurassien Abdel Tajani.

A 34 ans, outre sa passion, Abdel dirige son entreprise de sécurité et a fondé un centre de formation aux sports de combat. De passage dans notre cercueil, il a parlé de ses souvenirs, de sa découverte de son sport de prédilection, de ses plus beaux accomplissements et de son rapport à la vie et à la mort.

« On sait qu'on n'est que de passage. »

Pour écouter ou réécouter l'entretien qu'Abdel Tajani nous a accordé, allongé les yeux fermés dans le cercueil de GRRIF, c'est ici!

Bio lointain vs non-bio local : un choix pas si cornélien

24 octobre 2017

Vaut-il mieux choisir une carotte bio venue de l’étranger ou une carotte non-bio issue de l’agriculture locale ? C’est très concrètement la question à laquelle répond un petit livre de Lucien Willemin.

Ex-homme d’affaires, le Chaux-de-fonnier s’est passionné pour les questions écologiques et est devenu conférencier et écrivain. Son dernier livre s’intitule : « Tu parles, Charles ! Manger local, c’est loin d’être idéal ».

Un titre qui peut paraître un peu provoc’, à l’heure où la production locale de nourriture est portée aux nues… Mais ce n’est pas l’idée, explique Lucien Willemin.

Lire la suite

Warhaus, un projet solo qui cache un duo

18 octobre 2017

Deux albums en à peine plus d'une année… le moins que l'on puisse dire, c'est que Warhaus sait se montrer productif.

 Warhaus, c'est le nom du projet solo de Maarten Devoldere, l'un des deux leaders du groupe Balthazar. Ça fait tout juste un an que la formation belge s'est officiellement mise en pause ; et Maarten a sorti vendredi dernier son deuxième disque solo, simplement intitulé « Warhaus ».

GRRIF vous en propose un premier extrait, « Love's a stranger », depuis quelques semaines déjà.

On a écouté le reste de l'album, et on vous livre nos impressions…

Voici, en version audio, un extrait de ce nouvel album de Warhaus : « Dangerous », qui illustre bien l'alchimie entre les voix de Sylvie Kreusch et de Maarten Devoldere.

La tragique histoire du coq et de la pendule

9 octobre 2017

Dans « Excuse my french », Fox nous fait découvrir cette semaine « Le Coq et la pendule », de Claude Nougaro. Un titre paru sur l'album « Assez ! », en 1980.

Fox tient à cette chanson pour deux raisons : le texte et le swing. Le swing est à apprécier dans cette version live en vidéo, et le texte se trouve plus bas!

Lire la suite

De l’autre côté du couvercle

4 octobre 2017

L'invité de Post Mortem est cette semaine David Comte, directeur de pompes funèbres.

Il a choisi cette voie sans y être prédestiné ; il n'avait pas d'affaire familiale à reprendre, ni de croque-mort dans son entourage dont il aurait pu s'inspirer. C'est de son propre chef, à l'âge de 23 ans, qu'il a décidé de se lancer dans ce métier, pour affronter ses peurs. A 36 ans, marié et père de deux enfants, il s'occupe aujourd'hui de sa propre entreprise familiale, à Bassecourt et Delémont.

« J'espère surtout ne pas devoir souffrir »

David n'a plus peur de la mort désormais ; mais il lui reste une appréhension sur la manière de s'en aller. Il est parfois confronté à des gens qui s'en vont moins sereinement que d'autres. Il se souhaite donc de ne pas agoniser trop longtemps.

Enfermé dans le cercueil de GRRIF, il raconte les étapes qui l'ont mené sur ce chemin, sa vision de la mort et du métier qui est le sien.

Joe Dassin dans un registre inattendu

2 octobre 2017

Notre chronique « Excuse my french » nous pousse à nous plonger cette semaine dans un recoin inconnu du répertoire de Joe Dassin. L'interprète de « L'été indien » signe ici l'adaptation en français du titre « Ode to Billie Joe », chanté en 1967 par l'Américaine Bobbie Gentry. La page Wikipédia consacrée à la chanson nous en apprend davantage sur cette transposition.

Le texte semble, de prime abord, évoquer une scène anodine de la vie quotidienne en France rurale ; mais une écoute plus attentive révèle un drame dont personne ne dit le nom.

C'est Fox qui nous parle de ce morceau.

Ceux qui ont des questions ont aussi des réponses

20 septembre 2017

Chacun d'entre nous est un puits de connaissances où le reste du monde peut  s'abreuver… c'est la noble idée de Quora, une plateforme de questions-réponses désormais disponible en français.

Ce site d'échange et de partage des savoirs a été fondé en 2009 par Adam D'Angelo, ancien directeur technique de Facebook. Au départ, le concept n'existait qu'en anglais. Puis une version espagnole a vu le jour l'année dernière, et depuis ce printemps, les francophones du monde entier peuvent aussi apporter leur pierre à l'édifice.

On a contacté l'entreprise basée à Mountain View, en Californie, avec l'idée que la plateforme Quora est davantage un échange d'expériences personnelles que de connaissances encyclopédiques. Mais la porte-parole francophone Sihem Soibinet-Fekih a nuancé le propos.

Quand on a demandé à Sihem s’il y avait des questions qui restaient sans réponse, devinez quoi! Elle avait une réponse pour nous.

« Un réseau social où les actualités sont des questions »

Concrètement, Quora fonctionne un peu comme un réseau social. Une fois le compte d’utilisateur créé, on sélectionne ce qui nous caractérise le mieux dans une longue liste de domaines d’intérêts et de connaissances ; puis on complète son profil en ajoutant encore des compétences, qui vont permettre de diriger vers nous les questions des autres utilisateurs concernant nos sujets de prédilection.

Et hop, on se lâche dans le grand bain : un fil d’actualité où les éléments qui apparaissent sont des questions. Pour chacune d’entre elles, on peut consulter les réponses déjà apportées, voter positivement ou négativement pour ces réponses, ou encore exprimer sa propre réponse, que les autres utilisateurs pourront ensuite évaluer.

On constate assez rapidement qu’il s’agit de questions auxquelles une recherche via Google ou Wikipedia répondrait difficilement ; soit parce que la question porte sur des expériences, des opinions, des idées personnelles ; soit parce que c’est tellement spécifique et pointu que les encyclopédies en ligne ne vont pas dans de tels détails.

Mort d’un accident de « bordure de piste »

30 août 2017

La garniture moelleuse du cercueil de GRRIF épouse ce mois-ci le corps de Sim's. Le rappeur jurassien, de son nom complet Simon Seiler, s'est prêté au jeu de l'interview d'outre-tombe.

« Un accident, mais un accident cool. »

Sim's se souhaite une mort rapide. Il imagine volontiers ses cendres dispersées dans l'océan Atlantique. Quant à ce qu'il y a après la mort, il n'a pas de réponse à donner. Il considère d'ailleurs cette capacité à dire « je ne sais pas » comme l'un des bienfaits du vieillissement.

Humble et drôle, Simon parle de ses fiertés et de ses regrets, de ce qu'il laisse derrière lui aussi, dans cette interview intimiste venue de l'au-delà.

L’histoire de Lily qui se heurte au racisme

28 août 2017

Penchons-nous cette semaine sur les aventures de Lily, contées en 1977 par Pierre Perret. La chanson raconte l'arrivée en France puis en Amérique d'une jeune Africaine, venue en Occident chercher liberté et démocratie. Mais sa couleur de peau lui vaut de ne pas être reçue comme elle l'espérait.

Jusque-là plutôt connu pour ses textes comiques, le chanteur surprend dans ce registre grave et triste.

C'est Grégoire qui nous raconte ce morceau dans « Excuse my french ».

Le silence de Big Ben fait du bruit

21 août 2017

C’est un silence assourdissant qui s’est emparé du centre de Londres. Ce lundi à midi, Big Ben a sonné ses traditionnels douze coups avant de se taire. Le célèbre monument a besoin d’être rénové, et on pourrait bien ne plus entendre l’emblématique carillon durant quatre ans. Quatre ans ! A moins que les politiciens outrés ne parviennent à faire modifier le calendrier des travaux…

 

On en parlait ce matin dans Calmos Thermos.

 

Plus d'articles