Vendredi soir au théâtre:Cyrano de Bergerac

20 janvier 2015


Paris, 1640. Dans un théâtre, un curieux personnage, dont l’esprit est aussi acéré que la rapière, provoque un duel au milieu d’une foule admirative. Cet homme, c’est le grand Cyrano; poète, fin bretteur, beau parleur, il ne craint ni le sang, ni les sots. Hélas, il est laid ; affublé d’un nez aux proportions peu communes, il désespère de pouvoir un jour séduire son amour de toujours, la belle Roxane, sa cousine.

Mais celle-ci, pour son plus grand malheur, n’a d’yeux que pour le beau Christian de Neuvillette, qui l’aime en cachette. Son seul défaut : il n’a pas d’esprit, et n’est pas doué pour s’adresser aux femmes. C’est pourquoi il demande à Cyrano de l’aider à conquérir la belle tant convoitée, ignorant les sentiments de ce dernier pour elle. Inspiré par ses paroles élégantes et, bien sûr, on ne peut plus sincères, Christian s’attire les faveurs de la tendre Roxane.

Mais c’était sans compter le cruel comte de Guiche qui, lui aussi, convoitait la belle, et la guerre contre les Espagnols qui éclate. Sous le commandement du comte, Cyrano et Christian sont tous deux mobilisés, en tant que cadets du Roy Louis XIII.

Hé, là donc, appuie sur la touche