Les traditions et les femmes ne font pas bon ménage.

8 août 2014


Une Padaung, ou « femme girafe », originaire de Birmanie.

Ce « Comme si je savais pas » est 100 % féminin, puisque Léonie et Mélanie vous présentent des traditions liées uniquement aux femmes et souvent subies par les femmes.

La coutume des pieds bandés en Chine. Aïe.

Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe. Aïe.

La coutume interdite aux femmes: les Zünfte à Zürich. Haha.

Haha. Haha. Haha. Haha. Haha. Haha. Haha. Haha. Haha.

Rassurez-vous: les femmes-girafes ne meurent pas énuquées.

C’est une légende urbaine.

Les femmes-girafes sont rares. On les trouve en Afrique du Sud, mais surtout au sud-est de l’Asie. Là-bas, on les appelle les Padaung ou Kayan, une ethnie de seulement quelques milliers d’individus. Ils ont fui la Birmanie dans les années 90 à cause de la junte militaire au pouvoir, et vivent aujourd’hui surtout en Thaïlande. Ils y vivent, mais pas forcément dans le bonheur, parce qu’en fait, ces femmes ont été parquées dans des villages construits pour les touristes. Ces réfugiées politiques sont là et elles font semblant d’y vivre pour quelques dollars de plus. D’ailleurs, le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés demande aux touristes de pas aller dans ces zoos humains.

Pourquoi ces femmes portent des colliers qui peuvent peser jusqu’à 25 kilos?

C’est un mystère. Les anthropologues ont parlé d’un outil de défense contre les morsures de tigres, ou d’une manière de rendre les femmes moins attirantes aux yeux des autres tribus. Autre possibilité : ces colliers serviraient à faire ressembler ces femmes à des dragons.

Léonie et Mélanie