Les bruits de bouche : un art à cultiver

18 septembre 2014

Atelier de beatbox avec KoQa
« Putze Katze », l’hymne du beatboxer débutant.

S’exercer à faire des bruits avec sa bouche, jusqu’à ce que ça devienne de la musiqueâ… c’est le principe du beatbox. Et c’est ce principe qu’un certain Arthur Henry, qui se transforme parfois sur scènre en KoQa, tentait de transmettre lors d’un atelier, mercredi après-midi à La Chaux-de-Fonds, dans le cadre du festival « Formation en fête ». Il faut dire que c’est son métier, qu’il exerce notamment régulièrement dans des foyers pour jeunes en difficulté. Le beatbox a l’avantage de ne nécessiter qu’une bouche pour être pratiqué ; et selon KoQa, ces ateliers basés sur le partage et l’écoute peuvent avoir un impact positif sur des jeunes en manque de repères.

Mais hier, c’était donc dans un sous-sol chaux-de-fonnier que le maître local de la discipline proposait une initiation. Et voilà ce que ça donne.

Deviens toi-même un as du beatbox…

… en 60 minutes chrono…

… ou peut-être un peu plus.

Et une démo en prime !

Léonie