Lee Harvey Oswald

11 juillet 2013


Quand on veut assassiner un mec comme Kennedy, mieux vaut se faire la main sur du gibier plus modeste.

Si on croit ce que dit la police américaine, Lee Harvey Oswald se serait fait la main sur le Général Walker. On est au mois d’avril 1963. Le Général Edwin Walker, c’est un héros de la Seconde Guerre mondiale, mais un peu trop à droite pour le Président Kennedy qui, du coup l’envoie à Hawaï. Mécontent, le Général démissionne de l’armée et commence à faire de la politique à Dallas. Sa politique est simple, le Général Walker n’aime pas les communistes, ni les Afro-américains, et il le dit haut et fort. Bref, il énerve Oswald et c’est là qu’il entre en scène. D’après ce qu’on raconte, Lee Harvey Oswald aurait surveillé le Général à son domicile jusqu’à lui tirer dessus. Oswald rate son coup. La balle est déviée par le cadre de fenêtre et le Général Walker peut continuer d’être un raciste anti-communiste.
Quand Oswald rentre chez lui, il aurait tout avoué à sa femme et c’est l’épouse bienveillante qui aurait fait disparaître les preuves. Quant à Lee Harvey Oswald, d’après ce qu’on dit, il n’aurait pas raté son prochain lièvre. Un lièvre de choix dans une voiture de luxe : JFK. C’était 7 mois après l’échauffement raté sur le Général Walker.

Aurélie & Marie-Luce

LHO, une personnalité dérangée

Le tueur tué, l’honneur à Jack Ruby