Jeu, set et meurs !

12 février 2016

L'Été Diabolik

Ça aurait pu être un été peinard de l’année 1967 à jouer au tennis et à flirter avec des filles. Au lieu de ça, Antoine, 15 ans, va mettre les pieds dans une histoire complexe où se mêlent contre-espionnage, secrets de famille et meurtres.

L’aventure sera épique pour l’adolescent qui risquera de se faire renverser par un chauffard, fera l’amour sous LSD avec une Américaine, et recevra des coups de fil bizarres au milieu de la nuit. Sans parler des va-et-vient incessants de son père, qui n’arrange rien à l’affaire.

Bourré de références nostalgiques (notamment au comics Diabolik), éclatant par ses couleurs psychédéliques et brillant par sa mise en scène, L’Été Diabolik s’impose comme un divertissement grandiose au suspens haletant. Une BD résolument pop mais ô combien exigeante.

Fabrice

planche