In The House

17 novembre 2016

le chant de la machine

Ecrire un bouquin sur la house et raconter comment tout a commencé. Mieux, expliquer et faire vibrer passionnés comme néophytes sur le dernier tsunami musical qui a bouleversé les codes de la musique. Si la chose peut paraître superflue ou facile aujourd’hui, il en allait tout autrement en 2000, année de parution du premier tome du Chant de la machine. A l’époque, pas de YouTube, pas de reportages, pas de films et très peu de livres sur le sujet. Bref, du rien. Et c’est à partir de ce rien que Mathias Cousin et David Blot ont réalisé une BD aussi jouissive que didactique. En rupture de stock depuis belle lurette, l’ouvrage est enfin réédité, seize ans plus tard, par les éditions Allia.

Bien plus qu’une alternance de boom-tchak-boom-tchak, la musique électronique est un langage. Et avant de le juger, encore faut-il le comprendre. Voilà comment s’ouvre Le Chant de la machine avant de rapidement enchaîner sur le phénomène disco, pierre fondatrice de la house. Puis les auteurs nous font voyager de Chicago à Manchester en passant par Détroit pour enfin bifurquer sur les drogues et les raves illégales.

Haletant et passionnant, Le Chant de la Machine s’adresse autant aux nouveaux chauves (ceux-là même qui arboraient fièrement une tignasse vert fluo dans les raves des 90’s) qu’aux kids, pour qui la « house » sonne comme une pop surannée et établie.

Fabrice

le chant