Grösster Schweizer Musik-Flohmarkt (en VF)

7 mai 2015

Roggwill, flohmarkt

GRRIF joue au « digger »

Nous sommes allés à la traque au disque d’occas’  ou plutôt, nous sommes allés « digger » comme on dit chez les bons chasseurs de vinyles. Creuser. Parce que c’est vrai que quand vous plongez vos mains dans des centaines de caisses de plaques poussiéreuses, aux pochettes délavées, juste après un rockeur qui vient de manger une bratwurst suintante de gras… Vous avez plutôt le sentiment d’aller à la mine.

GRRIF a donc passé toute une journée dans un énorme hangar, en pleine campagne bernoise, au milieu d’une foule de vautoursâ… des acheteurs de vinyles compulsifs réunis pour ce qui se veut « la plus grande foire musicale de Suisse. »

Nous avons d’abord suivi Phat-D, beatmaker passionné de discaille. C’est lui qui nous introduira dans cette secte de mélomanes. Suivront : Cyril, le mec qui vit de l’archéologie de vinyles, Mauro, le patron de Stigmate Records à Yverdon, et Claude, le patriarche qui vient là par habitude et pour trouver, si Dieu veut, son St-Graal: un disque de Fats Domino qui n’existe peut-être pas.

On débute au milieu du parking. Tôt. Trop tôt.

Stève

Roggwill Flohmarkt
Vue idyllique sur le parking.

Qu’est-ce qu’on fout là?

Flohmarkt Roggwill, Phat-D
Phat-D en plein pillage (le mec avec les stères de bras)

La dégaine du digger.

Le budget du digger.

On débute dans la foire aux vinyles

Le bon et le mauvais disque d’occasion

On ressort vidé

Le mec qui vit en chinant (part 1)

Le mec qui vit en chinant (part 2)

Le vendeur de vinyles

Le vendeur et les modes

Le vieux sage et la légende du vinyle sacré