Grant Lee Phillipps de Grant Lee Buffalo sur notre grill

30 mars 2015

L’Amérique sale, l’Amérique pauvre, l’Amérique triste. Grant Lee Phillips rêve du cauchemar américain.

Il a fait ses armes avec le groupe californien Grant Lee Buffalo dans les années 90. Pour résumer, si vous vouliez une alternative à Mariah Carrey et à Nirvana, il y avait Grant Lee Buffalo. Musique calme, guitare folk à 12 cordes. L’alternative blues-folk de l’époque. Et surtout, des lyrics plutôt sombres et une description noire de la société américaine.

Grant Lee Phillips, c’était la tête pensante du groupe. Depuis, il vole de ses propres ailes. Et vingt ans après, il n’a pas quitté sa guitare sèche, qu’il aura avec lui sur scène, demain au Romandie. La salle de concert lausannoise décrit Grant Lee Phillips comme ça : « Ancien leader de Grant Lee Buffalo, groupe culte des années 90s qui faisait la synthèse parfaite entre Indie Rock et Americana. » On a rapporté cette description à Grant Lee Phillips, qu’on a eu au téléphone depuis Nashville.

Une interview + un titre, mais lequel?

Mélanie