Electrro bien cette histoirre musicale !

27 juillet 2012


 On remet ses jeans fluo et son bandana orange, retour sur le mouvement électro et sur ces folles années ou elle commençait enfin à devenir un électron libre !

Vous avez dit electro ?

La musique électronique n’est pas née sur une scène, ni sur ton IPod mais bel et bien dans un orchestre. À la fin du XIXème siècle, l’électricité est presque maîtrisée. On a envie de l’utiliser pour élargir le champ des sonorités.  Alexander Graham Bell, l’inventeur du téléphone, lâche une minute le combiné pour inventer en vitesse une harpe électrique. On est en 1876. Les objets sont encombrants mais si on parvient à les tenir entre les mains, on tient là les débuts des expérimentations musicales électroniques.

Ensuite arrive le temps des expérimentations en tout genre. Pour ça, les musiciens investissent les laboratoires de musique autant que les studios radios. Ils s’installent tellement bien que les anciens locataires s’en vont. Les premiers studios d’enregistrement de musique électronique sont ainsi créés. Dès le début de la musique électronique, les compositeurs se prennent au jeu des nouveaux codes d’écriture. Ils n’ont plus affaire au rendu final livré par l’instrument, on accorde donc plus d’importance à l’effet voulu qu’à la source instrumentale. En plus d’être le champ de nouvelles sonorités, l’électro, aidé par l’air frais des années 1950 devient le champ des possibles. Cette nouvelle forme d’expression est extrêmement libre.

L’air des années 1960 continue de sentir bon la liberté mais, en plus, il sent bon l’invention. Des recherches longues et tumultueuses aboutissent enfin et mènent les musiciens tout droit vers le bonheur : un bonheur nommé synthétiseur. L’idée de l’époque est de construire une boîte noire qui serait la palette du compositeur à la maison. Ce n’est pas un instrument de musique mais cela permet des modulations… C’est une batterie de modules que chacun  peut assembler, une sorte de jeu Lego pour les grands.

C’est vrai que la musique électronique, c’est comme les Lego, ça se popularise. Même si l’électro est né dans les milieux de la musique savante, elle a rapidement rencontré le vrai peuple, notamment grâce à la télévision. Au début des années 1960, la série Docteur Who étale sa science-fiction à toute la Grande-Bretagne. La bande-son sort tout droit d’un synthétiseur. Toujours en Angleterre, George Harrison l’utilise également pour Abbey Road. On est en 1969 et les synthés envoient les auditeurs sur la lune. Depuis, on y est resté.

Mais je veux la suite de l’histoire ! elle est…..ha la voilà !

Et daft punk dans tout ça ! Eh bien il da funk pas mal !