Cee-Roo et pourtant, si populaire.

2 mai 2013

Cee-Roo and Ella FitzgeraldCee-Roo and Ella Fitzgerald

Tout n’est qu’un éternel recommencement.

L’évolution des machines nous amène irrémédiablement vers un futur de T-1000 asservissant la race humaine avec la froideur d’une machine à laver.

En attendant de finir en esclave d’Arnold Schwarzenegger cyborg, nous contrôlons encore relativement bien la situation. Notamment Cee-Roo : Un motion-designer biennois, fils d’ingénieur du son,  habitué aux claviers dès son plus jeune âge. C’est de lui que viendra sûrement la rédemption de la race humaine en 2029.

D’ici là, notre John Connor seelandais met son génie au service de la musique. Piètre musicien, il n’en demeure pas moins un excellent copieur-colleur. Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme !  Ainsi Cee-Roo (ainsi-si-rou, haha) réarrange les classiques de la soul et du rock en productions abstract. Bien aidé, il faut le préciser, par les instrumentistes d’un combo compatriote: Jazztalavista. Témoin de ce pacte entre l’histoire et la bricole virtuelle, un premier album est sorti l’an passé: MEMORIES. Disponible gratuitement sur le site de Cee-Roo. (Ne t’excites pas pareillement ! Je te file le lien bientôt.)

Pour affirmer sa mainmise sur l’empire des machines, Cee-Roo agrémente également ses prod’ de clips grand standing. En plus des vidéos de son album, l’homme au bonnet de soleil a commis une armée de remix, de melting-pots et de courts-métrages bruyants. La plupart plébiscité plus de 50’000 fois sur Youtube! Une collection d’étendards que notre conquérant brandira aussi bientôt sous l’œil bionique des méchants robots du futur.

Stève

GRRIF a rencontré ce héros en pleine croissance.