C’est beau et ça s’entend : Tattoo pointilliste

26 septembre 2013

Kenji Alucky

Des tatouages point par point mais moins barbares que le poinçonnage des maoris et autrement plus géométriques.

Gros coup de cœur cette semaine pour les tatouages pointilleux de Kenji Alucky. Point par point, ce bodyartiste japonais peint des visuels kaléidoscopiques sur le corps de ses clients ; des rosaces graphiques, des mosaïques légères, exclusivement à l’encre noire. Pour éclaircir ou assombrir les surfaces Kenji Alucky joue simplement avec les espaces entre les coups d’aiguille.

Il n’y a qu’un asiatique pour s’astreindre à une discipline aussi sévère ! Se lancer dans la mécanique d’une imprimante jet d’encre mais à la main et sur des visuels minutieux comme une dentelle de Venise, autant bâtir des murailles de Chine.

Forcément, la performance technique est récompensée par un rendu qui démonte tout. Monsieur Alucky et sa longue tignasse de samouraï se baladent partout dans le monde pour épater la populace. Il est actuellement au festival New-York Adorned, aux côtés d’encreurs prestigieux comme Steve Byrne, Tomas Tomas ou Jondyx (qui tape aussi dans le pointillisme d’ailleurs.)

Les tatouages de Kenji Alucky. La poésie du poinçonneur des lilas pénètre votre épiderme en figures géométriques. Le prochain qui se fait tatouer un tribal avec un dauphin, se prendra un jet de vitriole sur le cuir.

Stève

Kenji Alucky

Kenji Alucky

Kenji Alucky

Kenji Alucky

Kenji Alucky

Kenji Alucky