C’est beau et ça s’entend : mannequinat glauque

31 octobre 2013

Jerome Abramovitch - Mannequin

Boucherie esthétique, charcuterie plastique

Jérôme Abramovitch, photographe très porté sur le SM, travaille sur une série dans laquelle des humano-mannequins s’accrochent à ce qui leur reste d’existence. Il photographie des hommes et des femmes nus, qu’il transforme ensuite en poupées disloquées grâce à quelques pichenettes de Photoshop©. Le tout sur fond de décorum bondage à faire baver Robert Bishop.

On franchi donc le Styx des bas-fonds montréalais pour s’adonner à du voyeurisme en noir et blanc.

Dans des cloaques en clair-obscur, les corps mutilés de ces êtres hybrides sont à votre merci. Votre regard alterne entre les visages bien vivant et les morceaux de prothèses manquants. De la chair à fétichiste que l’artiste a eu la décence de préserver des retouches chromatiques, contrairement à la plupart de ses œuvres. Ben oui, quand on joue avec la chirurgie plastique il vaut mieux éviter de forcer l’artificiel.

Mannequin, série de photographies esthétiquement crades de Jérôme Abramovich : Pinocchio a grandi et s’habille en latex noir.

Stève

Jerome Abramovitch - Mannequin 01