C’est beau et ça s’entend : Face-O-Mat

27 novembre 2013

Tobias Gutmann et ses trois versions de Face-O-Mate

Un photomaton qui fonctionne avec de la peinture, de l’imagination et du cœur.

Tobias Gutmann, artiste suisse, pose sa valise-cabine à la verticale sur une table. Il installe ses pinceaux, ses feuilles et ses couleurs côté pupitre et laisse qui veut bien se positionner de l’autre côté, bien en face de la petite lucarne rectangulaire qu’il a percée en plein milieu de la boîte, comme un guichet de photomaton.


Le premier client arrive.

C’est une vieille dame avec de grandes lunettes de Brigitte Bardot. Elle glisse une pièce de 5.- dans la fente prévue à cet effet, choisit le nombre de couleurs et à quel point la machine peut réinventer son visage, artistiquement parlant.

2 minutes plus tard, et après une discussion pleine d’humanité, la vieille dame reçoit son portrait à travers une autre fente dans un bruit de ventilateur en carton. Sa photo est peinte à la main, on reconnaît les lunettes de Brigitte, le reste est un réseau de lignes épurées et de motifs inspirés de l’art tribal éparpillés naïvement sur la feuille.

Tobias Gutmann un suisse en vadrouille permanente qui traîne en même temps à Stockholm, pour boucler son master en communication narrative, et en Tanzanie pour un échange estudiantin. Un artiste mignon qui n’a pas besoin de dire « Souriez ! » aux clients de son Face-O-Mat. Ça vient tout seul.

Stève