C’est beau et ça s’entend : Cascada

29 janvier 2013

Cascada by Forge - NRS

C’est pas l’homme qui prend la mer, c’est son bateau qui prend l’eau

Forge, maison de production spécialisée dans tout ce qui ride, a plongé 3 kayakistes chevronnés dans la jungle mexicaine pour une vidéo cannibale : Cascada.

On vous épargne le ton tragique du narrateur qui s’y croit ainsi que la fin version « Super-heros qui ont vaincus les méchants, et qui marchent en ligne au ralenti ». On vous prierait surtout de bien profiter de la bande-son et de la mise en bouche délicieuse de ce court-métrage.

On débute sur des gouttes de rosée en gros plan. À peine frétillantes. L’humidité permanente de la jungle qui vibre sur des feuilles exotiques. Mais le tout défile en slow motion. C’est le coup classique des riders qui veulent se la raconter poètes.

Après ces brefs instants de sérénité, la bête se réveille!
Les ruisseaux deviennent de grandes rivières. Puis des cascades vigoureuses. Puis des chutes violentes qui vomissent leur jus au milieu de l’enfer vert.
L’eau devient laiteuse, massive. Elle avale les kayakistes. Les bouts de plastique profilé se noient dans ces toboggans de la mort. Les navigateurs se font mâcher, croquer,  jusqu’au font de l’œsophage d’une chute énorme où ils vont finir de se faire digérerâ…
 
Ça dure 2 minutes.
 
Après la vidéo reprend son ton conquérent de l’homme qui tient tête à dame Nature. On voit juste des américains à gueule de surfeurs se la jouer dans la jungle des rednecks mexicains. Mais l’entrée en matière, mes amisâ… Le monstre liquide de la jungle qui se réveil doucement pour aller manger du sportif de l’extrême, çaâ… ça fait baver.
 
Stève