C’est beau et ça s’entend : Bonbons polaks.

23 octobre 2012

Sainer - LostSainer – Lost

Sainer joue les docteur Parnassus et ça nous émeut.

Przemek Blejzyk a.k.a Sainer, c’est la rencontre fortuite entre un enfant et l’esprit tourmenté d’un descendant de Solidarnosc.

Techniquement, ce graffeur slave aurait pu poser ses stylos chez Disney sans problème, avec ses silhouettes élancées, ses lignes souples et ses couleurs de bocal à bonbons.

Là où ça aurait coincé c’est dans le traitement des personnages et ce qu’il leur inflige.

Sainer exagère, il déforme, étire. Pousse les mouvements au-delà du raisonnable. Ou alors,  il secoue le coffre à jouet et la poupée Barbie attrape soudainement une tête de bonhomme de neige triste, tombée d’on ne sait où. Et puis, comme tout bon graffeur qui se respecte, Sainer aime aussi saborder ses monstres avec du graphisme parasite; des traînées de lignes et de taches qui transpercent les formes. Comme si ses Pinocchio explosaient de peinture ou se mettaient à fondre sous les couleurs Bisounours.

Sainer, le Willy Wonka du ghetto de Varsovie, vient de publier ses toiles de l’année sur son blog. Ça nous fait briller les yeux en plein dans le mille.

Stève

Sainer - The journey (with Bezt)
Sainer – The journey (with Bezt)

Sainer - Bastard
Sainer – Bastard

Sainer - Somewhere between
Sainer – Somewhere between

Sainer - Way to school
Sainer – Way to school

Sainer - Breakfast on grass
Sainer – Breakfast on grass

Sainer et Bezt en collabo (ETAM crew)

etam from animstory on Vimeo.