Les Démineurrs rreniflent l’insécurrité

21 janvier 2013


Dans le temps de la « Police Academy », même l’insécurité se sentait en danger.

On nous le dit, on insiste, on nous le répète : on n’est plus en sécurité nulle part. Et ça marche, on comprend bien le message avec lequel les médias nous farcissent le cerveau ; on hésite à sortir une fois la nuit tombée ; on évite les sous voies mal éclairés ; on change de trottoir plutôt que de croiser un individu à l’air loucheâ… Parce qu’au fond, tout le monde a l’air plus ou moins louche.


La peur rôde dans la cité. Mais la peur est-elle proportionnelle aux dangers auxquels on s’expose ? Ou est-ce qu’on nage en plein délire ? Les Démineurs sécurisent le terrain de l’insécurité.

Les Démineurrs et l’insécurité: un duel mortel

Le maître d’enseignement en sciences de la communication à l’Uni de Genève

Les personnes âgées croisées dans la rue

Le commandant de la police cantonale jurassienne

Les marginaux de « Rue à Coeur » à Bienne

On a donc appris qu’on ne court pas plus de risques à sortir de son trou en 2013 qu’il y a 30 ans. L’insécurité ressemble davantage à un mythe qu’à une réalité. Maintenant que c’est dit, les rues pourraient bien être envahies par des gens retrouvant l’insouciance et la liberté après des années de peur. Soyez gentils avec eux.
Et en cas de danger, les Démineurs ne sont jamais très loin.

La rédactiiion: Aurélie, Léonie et Mélanie.