Les Démineurrs jouent aux alterrnos.

14 septembre 2012

coupole

Cette semaine, les Démineurs ont désobéi à leur maman. Ils ont visité les clubs tagués de la région.

Réouverture du SAS ce week end à Delémont, inauguration d’un nouveau Queen Kong Café à la Case à Chocs de Neuchâtel, le moment était donc extrêmement bien choisi pour dessiner la carte de ces lieux qu’on dit alternatifs. Mais, en fait, « alternatif », ça veut dire quoi ?

C’est d’abord Petzi qui nous répond.

Céline Roduit, coordinatrice romande de l’association suisse faîtière des clubs associatifs musicaux.

Ensuite, un petit tour au SAS à Delémont, juste avant qu’il ne réouvre au public.

Un club alternatif mais subventionné par la ville de Delémont.

Comment ça tourne, un club alternatif ?

David Ballarin nous répond depuis le Bikini Test (la Chaux-de-Fonds).

Des soirées qui ne finissent pas toujours avec les flics.

À la Coupole, à Bienne, ça se passe plutôt bien. Barbara Schwickert, conseillère municipale.

Comment fait-on pour vendre de l’alternatif ?

Paradoxe expliqué par Xavière Sennac, programmatrice de la Case à Chocs.

On voulait du vrai, on est allé voir les gens du Squat de la Main à Neuchâtel.

Et on est tombé sur d’autres gens, ceux du Café du Pont.

Tous les jours de la semaine, à 17h45, cette dingue de Marie-Luce nous prête sa Buick pour déminer.

Et les Démineurs, en version intégrale, c’est tous les vendredi à 12h.