L’avortement, le nouveau tricot des démineurs

7 février 2014

aiguille

L’assurance maladie de base doit-elle ou non prendre en charge les frais liés aux avortements ? C’est la question que les citoyens suisses doivent trancher ce week-end. Une initiative des milieux conservateurs demande que les femmes qui ont recours à l’IVG payent elles-mêmes.

Les Démineurs, ces faiseurs d’anges, empoignent le dossier.

Avant, l’avortement, c’était comme ça.

Rembourser l’avortement ou le faire payer à celles qui le subissent, c’est une des questions posées aux Suisses ce week-end. Si ça passe, l’article 117 de la constitution sera modifié comme suit : « Sous réserve de rares exceptions concernant la mère, l’interruption de grossesse et la réduction embryonnaire ne sont pas couvertes par l’assurance obligatoire. »

Autrement dit, tu avortes, tu paies. Sauf si tu es une rare exception, mais les rares exceptions, le comité d’initiative ne les détaille pas. Viol, santé de la mère en danger, personne ne sait ce qu’il faut pour être une rare exception. Ce qui n’est pas une exception en revanche, c’est de devoir voter sur ce sujet.

Que faire lorsqu’on veut avorter ?

Sarah Guyot-Robert

Une femme qui est passée par là.

Sandra, prénom d’emprunt

L’avortement, ce marché noir-foncé.

Solidarité sélective. Si toute l’assurance maladie suivait ce principe ?

Commentaire

Après les débats houleux sur l’avortement, les Démineurs zappent pour se farcir une bonne dose de sport depuis leur canapé. La semaine prochaine, ce sont les Jeux Olympiques qui occupent la rédaction.

 

 

La rédaction : Léonie, Mélanie, Cédric, Aurélie