Et si la Suisse changeait de régime politique ?

18 avril 2014

ni dieu ni maitre
Mais une reine ? Ou un dictateur ?

Un peuple qui vote tous les trois mois, est-ce que c’est vraiment un peuple qui décide ?

Depuis le 9 février, il n’y a pas que les Démineurs qui remettent en question la démocratie directe à la sauce helvétique. Depuis la votation contre l’immigration de masse, même le président de l’Allemagne s’est permis de critiquer le système politique suisse. Joachim Gauck est venu jusqu’en Suisse, à la fin du mois de mars, pour dire que la démocratie directe pouvait représenter un grand danger, surtout dans des thèmes complexes, comme l’immigration, où le peuple ne pourrait pas saisir tous les enjeux. Didier Burkhalter a répondu en guerrier : « La démocratie directe en Suisse est comme le sang dans le corps. » Et pof ! on évite la remise en question.

Aujourd’hui, le Démineurs se munissent de leur scalpel le plus aiguisé pour faire saigner la démocratie directe. On imagine la Suisse sous d’autres cieux et d’autre régimes politiques. C’est Oscar Mazzoleni qui nous aide à fantasmer. Il est spécialiste de politique suisse à l’Université de Lausanne.

 

La Suisse comme une monarchie ?

La Suisse joue les anarchistes.

Ou plutôt les communistes ?

Autre solution : un tyran pour régner en maître ?

Ou, comme nos voisins, une démocratie représentative ?

La rédaction (Léonie, Mélanie, Aurélie et Cédric) remercie Oscar Mazzoleni pour avoir fantasmer d’autres régimes avec elle.

Les démineurs ne se mettent pas au régime mais partent faire la chasse aux oeufs avant de revenir dans une semaine. Il s’attaqueront au diktat de Facebook.