GRRIF

Une soirée-mousse pour Istanbul

À quel point c'est risqué de passer ses vacances à Istanbul si on aime la bière ?

Flyer pour la manif de protestation contre les attaques du disquaire de Thopane par des intégristes Zoom sur « Flyer pour la manif de protestation contre les attaques du disquaire de Thopane par des intégristes » (touche ESC pour fermer)
Flyer pour la manif de protestation contre les attaques du disquaire de Thopane par des intégristes

Qui a dit en 2010 : « Nous ne permettrons pas la répétition de telles choses. Il est de notre devoir de s’assurer que chacun puisse vaquer à ses occupations en paix » ? C'est Hüseyin Avni Mutlu, gouverneur d’Istanbul, dans le Journal Hurriyet en 2010, après les attaques contre des galeries d’art contemporain à Istanbul par des musulmans traditionnalistes.

Vendredi dernier, c'est un disquaire du quartier de Thopane qui se fait attaquer par des intégristes islamistes.

Entre les attentats du PKK, de Daesh et les querelles culturelles de quartier, on se demande quels sont les risques qu’on encourt si on décide de continuer à aimer la bière et de passer nos vacances là-bas…?

On met une fesse sur chaque rive du Détroit du Bosphore et on écoute l'avis avisé de Nicolas Brodard, journaliste-photographe fribourgeois, passionné par Istanbul.

Carpe Diem à Istanbul

Avec Nicolas Brodard

 

 

 

 

Céline

Aucun commentaire pour l'instant. Voulez-vous être le premier à en ajouter un ?

Poster un commentaire

Archives du blog