GRRIF

La Coyota ne fait pas bip bip, mais bang bang !

La Caida

Histoire complètement perchée, La Caïda et Coyota se base pourtant sur une triste réalité. Depuis 1993, on compte près de 400 femmes assassinées et plus de 500 disparues dans la ville mexicaine de Cuidad Juarez. Femmes, adolescentes et fillettes sont enlevées, séquestrées, torturées et violées.

Juliette Bensimon-Marchina s’inspire de ces faits divers dramatiques pour construire une histoire où se mêlent humour et violence. La Caïda est une ado typique de Los Angeles dont la particularité est de s’endormir n’importe où, n’importe quand. Elle est diagnostiquée : narcoleptique. De l’autre côté de la frontière, dans la ville de Juarez, une intrépide justicière, mi-femme, mi-coyote affronte de dangereux cartels. Elle s’appelle la Coyota. Rien ne semble lier les deux femmes et pourtant quand l’une s’endort, l’autre se réveille…

Polar nerveux et trash, La Caïda et Coyota est aussi une critique sociale et une chronique de l’adolescence. Mélanger tout ça était le meilleur moyen de se planter. Pas pour Juliette Bensimon-Marchina qui signe avec brio une œuvre aussi jubilatoire qu’engagée.

Fabrice

"Je suis de retour, mes quesadillas !"

caida

Aucun commentaire pour l'instant. Voulez-vous être le premier à en ajouter un ?

Poster un commentaire

Archives du blog